Bonjour à toutes et à tous,

Pour faire suite à la réunion TRACES qui a eu lieu à Grenoble le 3 mai, comme convenu, nous avons rassemblé une synthèse des propositions qui nous sont parvenues, ci après. C’est dense et riche, ce serait bien si chacun-e prenait le temps de relire ces notes avant la réunion de jeudi, merci.

 

SYNTHÈSE :

————————————————–

ANAGRAMME

 

– Quelle est votre structure ? Votre démarche ? Où se situent vos actions ou recherches ?

Jouer, inventer, écrire, lire… Anagramme propose de partager la richesse des mots et de la littérature au travers d’événements culturels, lectures-spectacles, ateliers, et projets d’action culturelle. Son équipe est constituée d’artistes professionnels qui défendent la pratique de la lecture vivante, dans toute sa diversité.

 

– Quelle est votre proposition pour la future biennale ? Contenu ? Date ? Lieu ?

Le contenu : « EXIL », Lecture silencieuse

C’est ainsi que nous appelons nos lectures sous casques : un enregistrement de textes littéraires contemporains et de chansons, lu par des comédiens professionnels et accompagné par une création sonore. Pour en profiter, le public est invité à s’installer douillettement dans des transats et à poser sur ses oreilles grandes ouvertes un casque sans fil… Dans « Exil », nous pouvons entendre résonner, à travers les voix de leurs personnages, des textes autour de la thématique du départ et de la migration.

Date & Lieu : à trouver ! grâce à des pistes lancées par nos collègues du réseau ?

 

– Comment le réseau peut-il vous aider à concrétiser cette idée ? (hors financement) Intervenant ? Contenu ?

L’idéal serait de nous mettre en relation avec des lieux susceptibles d’accueillir la lecture, et prêts à en assumer au moins le coût technique (celui-ci dépend du nombre de casques mis à disposition,). La lecture peut trouver sa place dans un évènement, une exposition, un lieu patrimonial ou insolite…

 

– Quels enjeux et questionnements souhaitez-vous partager au sein du réseau et de la biennale 2018 ?

Comment parler de l’exil ? Face à tous ces témoignages, montagne de récits et de mots lancés, difficile de s’empêcher de s’immerger dans la tempête des émotions. Il faut trouver un fil, un peu de terre ferme pour ne pas sombrer dans une vision cauchemardesque de l’humanité. En l’occurrence, un regard où le mystère, le rêve et l’espoir subsistent toujours, envers et malgré tout. Puisqu’il faut partir, nous plongerons dans le temps et aux quatre coins du monde, nous serons embarqués, effrayés, émus… toutes ces histoires, ces trajets de vie auront pu, le temps d’une lecture, être partagés et trouver un écho.

 

Cléo GILBERT

Association Anagramme 6 rue Raoul Blanchard 38000 Grenoble

04 76 51 76 07 / anagramme.grenoble@gmail.com / www.anagramme.com

 

————————————————–

LES FÉES ROSSES

 

Notre structure : Les Fées Rosses, compagnie de « théâtre déclencheur », crée des spectacles, des mises en scène, des dispositifs particuliers pour sortir les spectateur-trice-s de leur posture trop souvent passive… et pour qu’ils et elles deviennent des spectacteur-trice-s, prêt-e-s à agir, intervenir, se positionner, prendre place et oser ! Nos différentes représentations théâtrales permettent de déclencher des réactions et des actions, permettent d’ouvrir des débats, des discussions, amener des réflexions, une ouverture à l’autre et vers l’empathie pour construire de la solidarité. Nous proposons aussi des ateliers, pour réfléchir ensemble, se questionner et combattre les discriminations (sexistes, homophobes, racistes, …) et leurs corollaires que sont les préjugés, le harcèlement, et les violences morales et/ou physiques. Avec les outils du théâtre forum et toute une panoplie de techniques issues de l’éducation populaire, favorisant l’échange, l’expression et le débat.

 

Notre proposition : Le spectacle-forum « Gens d’Ici et d’en Face », joué par 6 comédiennes amateur d’horizons et de confessions diverses,  et deux enfants de 8 et 13 ans, qui portent ce projet avec force et détermination pour ouvrir le débat sur les questions de discriminations raciales en générale et d’islamophobie en particulier. Le spectacle déroule en 2 temps (1h30 en tout) :

 

– Le spectacle, où scènes symboliques et saynètes concrètes s’entremêlent pour nous proposer une vision sensible de l’histoire de l’immigration et ses conséquences actuelles. Créé à partir de recueils de témoignages, il répond aux préoccupations des habitant-e-s qui ont contribué à le construire ainsi qu’aux actrices qui le porte. Grâce à sa forme artistique et esthétique, il permet d’aborder des sujets sensibles qui peuvent créer des crispations et a reçu un accueil à la fois chaleureux et impliqué du public lors des deux représentations en 2017, puis lors de la tournée du spectacle à échelle régionale (Echirolles, Pont-de-Claix, Lyon, Saint-Jean en Royans, Chambéry…). Cette forme artistique permet de créer un cadre pour libérer la parole sur les questions de racisme, islamophobie et de discriminations.

 

– Puis le forum qui offre un temps où le public est au cœur de l’attention : pour dire, analyser, débattre et réagir. Il est même possible de monter sur scène pour rejouer l’histoire différemment. Dans une ambiance aussi conviviale que touchante, chacun et chacune trouve sa place et sa manière d’intervenir, pour libérer la parole, dénoncer les tabous et ouvrir des possibles.

 

Comment le réseau peut-il nous aider à concrétiser cette idée ? (hors financement)

Devant l’enthousiasme et l’investissement des 6 comédiennes amateurs qui portent le projet, nous préparons actuellement la suite de la tournée pour la rentrée 2018. En tant que membre du Réseau Partenaire-Egalité mis en place par la Métropole de Grenoble, nous nous préparons à jouer à plusieurs endroits dans l’agglomération grenobloise, entre septembre et décembre. Nous pensons qu’il serait intéressant d’explorer des pistes de collaboration avec le réseau Traces, peut-être en intégrant notre date de novembre (à déterminer) dans le programme de la biennale ?

 

Quels enjeux et questionnements souhaitons-nous partager au sein du réseau et de la biennale 2018 ?

Cette forme hybride qu’est le spectacle-forum, à la croisée des chemins entre théâtre et éducation populaire, a fait ses preuves en ce qui concerne la sensibilisation et le débat. Mais nous aimerions aller plus loin. Nous sommes convaincues que les forces et l’énergie qui se dégagent de chaque forum peut être un réel vecteur de transformation sociale (par le biais du community organizing par exemple). C’est pourquoi nous amorçons une nouvelle étape dans l’histoire de ce projet, et nous essayons de l’ouvrir le plus possible à d’autres acteurs : culturels, sociaux, universitaires, institutionnels, associatifs, militants, professionnels (du droit, de la santé, etc..), qui peuvent apporter leur expertise, des éléments nouveaux et des outils de lutte, qui permettront, à long terme, de s’organiser collectivement et de déboucher sur des actions politiques concrètes pour lutter contre le racisme, l’islamophobie et les discriminations.

 

Les Fées Rosses / Théâtre déclencheur

http://lesfeesrosses.org / 15 rue Georges Jacquet 38000 Grenoble

contact@lesfeesrosses.org

+33 (0)6 52 33 78 89 / +33 (0)4 38 21 05 07

 

 

————————————————–

MAISON DE L’IMAGE DE GRENOBLE

 

+ Quelle est votre structure ? Votre démarche ? Où se situent vos actions ou recherches ?

Nous sommes La Maison de l’Image, une association loi de 1901. Nous menons des projets culturels et éducatifs.

Créé en 1972, le Centre AudioVisuel devient la Maison de l’Image en 2013. Dès les débuts, la Ville de Grenoble et l’Éducation Nationale ont insufflé à l’association le goût pour la transmission, l’accès pour tous aux pratiques artistiques et culturelles ainsi que des actions toujours plus poussées dans l’éducation et la sensibilisation.

Encore aujourd’hui, la Maison de l’Image poursuit ses missions auprès de tous les publics, grâce à des stages, formations, projets ou événements annuels. Elle compte une soixantaine d’adhérents, parmi lesquels on trouve des structures et des particuliers.

Nous nous situons historiquement dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble, mais la géographie de nos action s’élargit même au-delà de l’agglomération grenobloise.

 

+ Quelle est votre proposition pour la future biennale ? Contenu ? Date ? Lieu ?

La Biennale a lieu en même temps que le Mois de la photo de Grenoble, que nous organisons. Nous aimerions donc créer des passerelles entre les deux évènements afin de renforcer nos propositions et nos communications réciproques.

Pour cette édition de biennale nous avons actuellement deux pistes : exposition ou projection du travail photographique de Honoré Parise, l’ancien membre du projet de Vidéogazette de la Villeneuve. Dans son archive il y aura des images qui se croisent avec le sujet de la mémoire ouvrière.
Une seconde proposition est une exposition de photographie documentaire en partenariat avec le collectif ITEM.

 

+ Comment le réseau peut-il vous aider à concrétiser cette idée ? (hors financement) Intervenant ? Contenu ?

Nous pourrions voir lors du prochain rendez-vous quels croisements avec d’autres participants sont possibles. Nous pourrions probablement imaginer une conférence croisée ou un autre événement de ce type.

Des partenariats avec des lieux peuvent être intéressants aussi.

 

+ Quels enjeux et questionnements souhaitez-vous partager au sein du réseau et de la biennale 2018 ?

Nous aimerions croiser les questionnements liés au sujet de la biennale avec ceux de nos actions, comme celle de l’éducation à l’image. Comment montrer les images du monde en migrations ? Quels représentations à ce sujet ? Nous allons aborder ces questionnements (je suis certaine qu’il y en aura d’autres après notre réunion) par le biais de la photographie.

 

Yuliya Ruzhechka, Chargée de communication et de projets culturels

Le Patio – 97 galerie de l’Arlequin 38100 Grenoble

04 76 40 48 35 / yuliya.ruzhechka@maison-image.fr

 

————————————————–

LA COMPAGNIE DU JOUR

 

– Quelle est votre structure ? Votre démarche ? Où se situent vos actions ou recherches ?

La Compagnie du Jour est une compagnie de théâtre fortement tournée vers l’échange international. Elle accompagne toutes ses créations artistiques d’actions culturelles en direction de publics variés.

La compagnie prépare actuellement son nouveau spectacle « L’Armoire », une œuvre pluridisciplinaire mélangeant artistes français, marocains et canadiens. Le spectacle sera créé en octobre 2018 au Canada avant d’être repris en France et au Maroc. Ce projet a pour thématiques principales les populations déplacées, et le rapport entre espace, culture et identité.

 

– Quelle est votre proposition pour la future biennale ? Contenu ? Date ? Lieu ?

« Ouvre-moi ton armoire » :

C’est une de nos actions parallèles à la création du spectacle « L’Armoire » : un projet de commande d’écriture, mettant en avant des témoignages personnels. L’idée est d’envoyer des auteur-e-s et poètes au domicile des habitants, pour découvrir leurs armoires et écouter leurs témoignages liés à celles-ci…

Ces entretiens donneront naissance à une production écrite mettant en avant la place que peut prendre une armoire au sein de la vie d’une personne et d’une famille : relatant des histoires d’héritage ou de déplacement, cachant des secrets ou des possessions, révélant identité et souvenirs… Nous donnerons une lecture publique des textes à l’issue de la collecte.

Partenaires pressentis : association La Marmite, Maison de la Poésie Rhône-Alpes, Ville de Grenoble et Maisons des Habitants. Les partenariats artistiques autour de cette proposition sont encore à préciser.

Lieux de réalisation : secteurs prioritaires de Grenoble (2, 6). Dates : à préciser.

 

– Comment le réseau peut-il vous aider à concrétiser cette idée ? (hors financement) Intervenant ? Contenu ?

En nous aidant à concrétiser des partenariats avec les acteurs locaux, et à trouver des lieux pour accueillir la lecture.

 

– Quels enjeux et questionnements souhaitez-vous partager au sein du réseau et de la biennale 2018 ?

Comment l’homme survit-il face aux crises qui affectent son espace de vie et son identité ? Comment continuer quand on a tout perdu ? Comment retrouver sa place ?

 

Cléo GILBERT – Chargée de production, Compagnie du Jour

Le Petit Angle – 1, rue président Carnot 38000 GRENOBLE – FRANCE

Tél : +33(0)4 76 01 98 16 / +33(0)6 71 57 08 31

contact@compagniedujour.net / www.compagniedujour.net

– Manon BOUTILLON, la compagnie du Jour / 06.35.43.28.68 / contact@compagniedujour.net

– Karim TROUSSI, la compagnie du Jour / 06.74.53.15.06 / karim.troussi@wanadoo.fr

 

————————————————–

REGARDS DES LIEUX

 

Regards des lieux est un collectif de création et développant des projets d’actions culturels de territoires.

Notre dernière création se nomme « De nos mains » sur la relation des hommes au travail.

« De nos mains » est un triptyque documentaire, tournée en 2017 dans 3 villages différents autour de Grenoble : Une coupe, Scieurs et Silicium. Dans une vision sensible et esthétique et  partant du réel,  des hommes sur leur lieu de travail, l’œuvre documente une réalité et ouvre à la discussion. Le projet de Regards des lieux est à partir d’une œuvre d’aller à la rencontre des publics et de tisser des liens, d’échanger sur les sujets évoqué.

 

Les films sont en noir & blancs, muets et mis en musique en direct, à partir des sons du réel et d’une guitare préparée. Ils nous invitent à pénétrer dans le quotidien de bûcherons, de scieurs ou encore d’ouvriers de l’industrie sidérurgique, leurs gestes et la matière travaillée, au plus proche.

Tous les films sont de Jérémie Lamouroux et sont joués « en live »  par Martin Debisschop, à la guitare préparée et au magnétophone à bandes.

 

Pour en savoir un peu plus le film en version muette :

Et des extraits de répétition pour entendre la musique : (C’est Martin le musicien comme sur Nuage fou Vendredi soir)

Nous jouons ce ciné-concert pour les journées du patrimoine sur la mémoire du travail avec les ateliers bois de la ville de Grenoble et la maison des Habitants Chorier-Berriat le 15 septembre 2018.

Si c’est pertinent nous serions motivé pour présenter ce projet dans le cadre des journées produites par Traces.

Par ailleurs, nous avons répondu à un appel à projet de la région et de la DRAC (Mémoire du XX e siècle) autour de la mémoire ouvrière en collaboration avec le CRESSON (labo d’architecture). Nous attendons la réponse pour fin juin. Le projet déposé traite de la mémoire du travail dans la vallée de la Romanche. C’est un projet de recherche et d’action culturelle. Nous allons entres autres mettre en place des projets de ciné-club& bars à mémoire où seront présentés les différents travaux en cours sur le territoire : expositions photos, capsules sonores, itinéraires filmés, etc.

Si ce projet est retenu, nous serions intéressé pour proposer un bar à mémoires dans les dates de la Biennale de Traces. Le réseau, peut être un support de communication pour nous mais peut être également nous faire des propositions d’intervenants ou d’expositions qui seraient sur la région?

Au plaisir d’en discuter de vive voix le 7 juin,

 

Laure NICOLADZE

06 68 42 06 88

www.regardsdeslieux.fr

collectif@regardsdeslieux.fr

 

————————————————–

TANGIBLES

 

Quelle est votre structure ? Votre démarche ? Où se situent vos actions ou recherches ?

TANGIBLES œuvre dans un esprit d’ouverture au monde, esprit dans lequel le geste photographique devient avant tout une rencontre. Elle questionne la place et le rôle de la photographie dans la société contemporaine, et dans le monde des Images, elle cherche à rassembler des pratiques photographiques d’amateurs et d’artistes.  Cette association a pour objet : Le soutien à la création d’œuvres visuelles et multimédia, notamment photographiques et audiovisuelles, à travers leur production, leur diffusion et leur promotion et la transmission de savoir-faire et de sensibilités artistiques des arts visuels à un public très large, à travers l’éducation à l’image, l’accompagnement de la pratique artistique amateur, l’organisation d’évènements culturels.

 

La plus grande partie de nos actions et créations artistiques sont réalisées en Rhône Alpes ; les expositions photographiques sont diffusées aussi dans d’autres régions.

 

Quelle est votre proposition pour la future biennale ?

Exposition photographique et textes « Vous ne m’êtes pas inconnu.e »/ Nadine Barbançon créée en 2017, autour de l’Accueil des Réfugiés en Trièves.(ci-dessous)

Cette exposition circule depuis le mois de janvier jusqu’à fin juillet, en collaborant notamment avec le metteur en scène Yves Bénitah lors de sa résidence au Pot au Noir pour « Moh ou les petites morts »

POUR VOIR : http://tangiblescontact.wixsite.com/tangiblesedition/photographies-3

 

Comme de nombreux collectifs d’habitants autour de la région grenobloise et en France, le Collectif d’Accueil des Réfugiés du Trièves (CART) reçoit depuis deux ans des hommes et des femmes demandeurs d’asile provenant de nombreux pays, et qui se heurtent au manque de places en hébergement d’urgence. Ils sont ainsi accueillis temporairement, notamment  par des familles bénévoles, chez eux.  Nadine Barbançon a photographié en 2016 et 2017 ces premières rencontres avec des hébergeurs et leurs hôtes.

Les réfugiés ne sont pas des images à plat sur un écran de télévision. Comment transfigurer l’enjeu de milliers d’inconnus en une relation particulière ? Comment laisser entrevoir la possibilité pour chacun d’être à la hauteur de cet enjeu humain ? Avec cette première série de photographies et de pointillés de conversation, la photographe nous invite à entendre ce langage intime et universel de la fraternité.

 

Date/lieu : Pour l’instant rien n’est fixé. Une proposition a été faite par le Cinéma Le Méliès/ GRENOBLE. En cours.

 

Comment le réseau peut-il aider ?

Proposer une rencontre avec des témoins, membres du CART, Collectif d’Accueil des Réfugiés en Trièves. Mettre en cohérence mon travail avec des lieux d’exposition/ d’autres acteurs

 

Nadine Barbançon – P H O T O G R A P H E

06 22 40 03 72 / nadine.barbancon@gmail.com / www.nadinebarbançon.com

 

 

————————————————–

CHRISTIANE DAMPNE

 

J’ai rencontré un ancien viscosier et entrepris des démarches auprès du musée de la Viscose pour les inciter à devenir partenaire du réseau et à s’engager sur une expo sonore qui valoriserait leur fonds d’archives sonores et donnerait (enfin) la parole aux viscosiers étrangers qui ont largement contribué à la réussite de l’entreprise. 42 nationalités se sont côtoyées à la Viscose de 1927 à 1989 et le musée dispose d’un riche fonds d’archives.

> projet en développement

 

Christiane Dampne – 06 77 83 52 71 / christiane.dampne@gmail.com

Documentariste sonore

www.docsonores.com

 

————————————————–

CIE CREABULLE

 

Engagée depuis 2 ans sur un travail autour des migrations, notre Cie a crée deux spectacles très différents sur ces questions et mené un projet à l’échelle d’un territoire communale en Isère ( adolescents et adultes, ateliers collège et MJC)

 

Notre création TERRES à TERRES (performance poétique autour des écrits de Patrick Chamoiseau « Frères Migrants ») est en tournée depuis fin septembre 2017. Nous l’avons notamment joué lors de la Quinzaine des Discriminations à Renage (38).

 

C’est cette création que nous souhaiterions vous faire partager lors de la biennale. Elle questionne notre capacité d’accueillir les migrations et de penser le monde dans une globalité humaine et non cousu de frontières. Le texte de Patrick Chamoiseau est très fort. Nous aimerions beaucoup qu’il puisse intervenir lors d’une représentation.

 

Nous pouvons donc vous proposer ce spectacle mais aussi des lectures , un débat à la suite, la construction d’un théâtre forum avec des publics divers ( notre Cie est spécialisée dans l’animation de Théâtre Forum et le travail autour du Théâtre de l’Opprimé), des ateliers d’écriture…tout ce qui peut servir le débat, l’ouverture culturelle et d’esprit, enrichir la réflexion et participer à la construction collective autour de ces questions là.

 

Nous sommes également engagés personnellement pour l’accueil des migrants demandeurs d’asile au sein d’un collectif et le comédien du spectacle est de nationalité Brésilienne, arrivé depuis peu en France. La migration est donc pour lui réelle et diverse.

 

le site de notre Cie :

www.cie-creabulle.fr

 

le teaser de notre création :

 

 

Marion Tritta

Présidente Cie Creabulle

0652507947

creabulle@gmail.com

 

 

————————————————–

ASSOCIATION AMAL

 

nous sommes l’association Amal, association culturelle de coopération franco-maghrébine.

 

Bien à vous,

 

Pauline Chauvet,

chargée de projets et de communication

amal38@gmail.com

http://amal38.fr/

57 Avenue Maréchal Randon-38000 Grenoble

Tél:  04.76.44.71.14

 

 

————————————————–

AUTRES PERSONNES / STRUCTURES inscrites dans le réseau TRACES en Isère :

 

– Daniel Delpeuch, Cimade / Migrant’scène / daniel.delpeuch@wanadoo.fr

> L’idée est d’associer un ou plusieurs événements du festival Migrant’scène à la biennale TRACES 2018, à voir lesquels et comment ?

 

– Karine Gatelier, Modus Operandi / karine@modop.org

– Séréna Naudin, Modus Operandi / naudinserena@gmail.com

Université sans frontière, projets autour de l’écoute (promenades dans le noir, visites écoutes), ateliers pour déconstruire les préjugés, travaille sur les rapports de force de violence ordinaire, recherche et formation

> Modus Operandi est très investi lors de la biennale TRACES sur l’organisation d’une journée Traces à Valence, au CPA, sur la question de la collecte de témoignages, mais également sur la construction de l’exposition NOUS ET LES AUTRES à Villeurbanne, à voir si Modus Operandi s’associe également sur une proposition à Grenoble ?

 

– Marie-France ALLAMAND, Festival des solidarités, et association Nuestra America / 06.44.06.19.05 / mfallamand@gmail.com

> de même que pour Migrant’scène, l »idée est d’associer un ou plusieurs événements du festival à la biennale TRACES 2018, à voir lesquels et comment ?

 

– Julien TARDIF, Justice des mineurs (PJJ) / 06.68.80.02.40 / julien.tardif@justice.fr

également chercheur, sociologue, questions développement humain au Maroc

> se positionne plus en termes de relais ? Dispo comme chercheur ?

 

– Mohamed Rahmani Sakalli, ODTI et Interstices / rsm38@laposte.net

> Prépare une proposition pour la biennale

 

– Catherine POUNARDJIAN, ARMENIE ECHANGE ET PROMOTION/ 06.78.11.28.19 / catherine.aep@gmail.com

> Organisation d’un concert de Mahaleb

 

– Georges BRAOUDAKIS, collectif grèce à Grenoble, association Franco Héllenique, association culturelle ORPHÉE / gbraouda@hotmail.com

> Projection d’un film, suivi d’une table ronde à l’occasion du centenaire de l’immigration grecque

 

– Frederika Smetana, GOLEM théatre / f.smetanova@gmail.com

> Le Golem proposera un spectacle à Grenoble fin novembre, ainsi que des rencontres et ateliers

 

– l’ADATE, Abdellatif CHAOUITE, / abdellatif.chaouite@adate.org

> Organisation d’une soirée autour de la revue ÉCARTS D’IDENTITÉ pendant la biennale ?

 

mais également :

Culture Ailleurs / cultureailleurs@yahoo.fr

Festival Ecoute.s. / ecoutefestival@gmail.com

– Pierre Chomette / pierre.chomette@umrpacte.fr

– Le FITA – Festival international de Théâtre Action à Grenoble / ponceletlaurent@gmail.com

– Olivier Cogne, Musée dauphinois, Département de l’Isère / olivier.cogne@isere.fr

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *