La Cité Jardins ou la mémoire des Habitants : Regards croisés de migrants sénégalais et algériens

 

20 novembre, 20h

Le Plateau Mistral Eaux-Claires, 74 rue Anatole France, 38100 Grenoble

Entrée libre

 

À travers une exposition, de la poésie, des récits, des films, nous revenons sur l’histoire de la création des cité-jardins à Grenoble, logements sociaux où s’installent de nombreux travailleurs immigrés.

Parmi eux certains sont venus du Sénégal ou d’Algérie. Regards de tendresse sur des générations qui sont dans la nostalgie. Les visages nous invitent à un voyage permanent, Un voyage de reconstruction de la cité humaine.

« Un siècle, ou presque, de politique de la ville qui a débuté dans les années 20. L’après-guerre marque en effet le top départ de l’épopée du logement social à Grenoble. Il donne lieu à la première cité-jardins de France, sur le modèle anglais : une famille, une maison, un jardin et des quartiers autosuffisants et spécialisés. C’est ainsi que Mistral a été, à l’origine et jusqu’à la fin des années trente, un quartier populaire habité uniquement par des ouvriers.

A Grenoble, entre 1945 et 1965, la population de l’agglomération est multipliée par deux. Une révolution à l’époque dans le monde du logement social.

Dès octobre 1948, la municipalité décide de construire un « groupe complémentaire Paul Mistral de 72 logements, le long du Drac, rue Albert Thomas. Les Barrettes du Drac, comme on les appelle, voient le jour en 1950 et accueillent des locataires venant essentiellement du centre-ville.

Face à l’afflux de ces nouvelles populations, la cité-jardin montre ses limites, dans un contexte général de crise du logement. A Grenoble, il manque 4 600 logements en 1951. Un chiffre qui passe à 6 500 en 1953, puis 8 000 en 1958.

La fin des années 1950 marque un nouveau souffle dans la construction de logements sociaux. La cité est détruite. Le quartier connaît sa première grande mutation. Un bouleversement pour les habitants. »

Source : article Mistral : de la cité-jardins aux grands ensembles | Place Gre’net – Place Gre’net 26 mars 2015

De nombreux immigrés vont s’installer à leur arrivée dans la Cité Jardins avant de trouver des logements dans d’autres quartiers mais beaucoup ont gardé le souvenir de cette époque. Parmi eux certains sont venus du Sénégal ou d’Algérie.

 

Dans le cadre du Festival Migrant’Scène

Contact : Mirgantscene.org, le Plateau : 04 76 96 75 75

 

Depuis 1939, La Cimade est une association nationale française qui aide et accompagne les étrangers en difficulté, migrants et demandeurs d’asile. La Cimade organise depuis 2003 un festival national qui vise, au travers des arts vivants, du cinéma, d’expositions, etc.., notamment à sensibiliser le public à une meilleure connaissance des personnes migrantes, à une déconstruction des préjugés les concernant et à favoriser les rencontres entre les publics des institutions culturelles et les migrants. De nombreux migrants sont associés au festival.

 

Porteurs/organisateurs et partenaires/financeurs : Festival Migrant’Scène, Le Plateau Mistral Eaux-Claires, Abou Fall

Categories: Expositions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *