Guerre d’indépendance algérienne, mémoires et transmission

Harkis, une blessure encore vive

Vendredi 30 novembre, à 20 h : projection

Du 21 novembre au 3 décembre : exposition

MJC – Centre Louise Michel
Place Jules Ferry,Ambérieu-en- Bugey,

entrée libre

Projection-rencontre et exposition

———————————-

Vendredi 30 novembre, à 20 h :

Projection d’un épisode de Mémoires vives, film réalisé dans le cadre d’un atelier avec deux classes de 1ère du lycée de la Plaine-de-l’Ain. Les élèves ont organisé et filmé leur rencontre avec Rémi-Pierre Gouttenoire, ancien appelé responsable d’un commando de chasse composé de harkis.

Rémi-Pierre Gouttenoire effectue un long service militaire en Algérie, à la fin du conflit. Affecté dans un commando de chasse composé de harkis, il doit procéder à leur licenciement au moment du cessez-le-feu. Face aux élèves, il parle de la manière dont il a occulté les souvenirs de son expérience algérienne avant d’y revenir à l’âge de la retraite et exprime le regret d’avoir abandonné ses hommes, sans mesurer à l’époque, quelles en seraient les conséquences pour eux.

Projection en présence de Rémi-Pierre Gouttenoire, Arthur Grosjean, enseignant, ainsi que d’élèves ayant réalisé le film

 

Du mercredi 21 novembre au lundi 3 décembre :

Exposition Parcours de harkis et de leurs familles

Depuis la fin de la guerre d’Algérie, le mot harki se décline en une infinité de sens. Loyalistes et légalistes pour les uns, traîtres et collaborateurs pour les autres, les harkis font toujours – un demi-siècle après la guerre – l’objet d’un enjeu entre la France et l’Algérie. En parler revient presque toujours à rouvrir des plaies plus ou moins cicatrisées et, dans la plupart des cas, à susciter incompréhension et malaise que masquent difficilement une indifférence ou une méconnaissance.

Après 1962, le mot harki s’impose comme terme générique pour désigner l’ensemble des Français qui ont servi dans l’armée française en tant que supplétifs.

Cette exposition veut avant tout montrer, donner à voir et susciter l’intérêt en s’appuyant sur de nombreux documents d’archives et une masse iconographique considérable et organisée. Elle offre au visiteur des clefs de compréhension, pour le pousser à réfléchir, à mieux comprendre cet épisode marquant de l’histoire de France.

———————————-

Contacts :

– MJC Ambérieu-en-Bugey – Jean Lemerle – contact@mjc-amberieu.org / 04 74 38 24 15

– Grand-ensemble, atelier de cinéma populaire – http://www.grandensemble.fr/ – grand.ensemble@gmail.com

Lieu de production de films indépendants au plus près des réalités sociales, l’association Grand Ensemble est ancrée dans une démarche d’éducation populaire.  Elle accompagne ses productions en proposant projections, rencontres, formations, ateliers d’initiation à la réalisation, dispositifs de création collective.

Grand ensemble développe depuis plusieurs années une plateforme Internet pour les mémoires de la guerre d’indépendance algérienne. L’alimentation de cet espace en ligne est liée à différents travaux de recherche ancrés dans une démarche d’éducation populaire. Nous partageons ainsi régulièrement nos questions lors de temps de restitution et d’échanges. Cinq rendez-vous avec le public sont proposés dans le cadre de TRACES 2018, permettant notamment d’explorer les problématiques des postmémoires ainsi que des questions spécifiques liées à la mémoire des anciens soldats supplétifs algériens et de leur famille.

———————————-

Porteurs/organisateurs et partenaires/financeurs : Grand Ensemble- atelier de cinéma populaire, MJC Ambérieu-en- Bugey, Lycée de la Plaine de l’Ain, Avec le soutien de la DRAC, de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’ONACV

Exposition Parcours de harkis et de leurs familles, réalisation : ONACVG – Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives du ministère des Armées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *