Bonjour à toutes et à tous,

Chaque mois le RÉSEAU TRACES vous informe des propositions (conférences, spectacles, projections et autres échanges) organisées dans la région Auvergne-Rhône-Alpes qui interrogent les MIGRATIONS d’hier et d’aujourd’hui.

Voici ci-après les rendez-vous du mois de JUIN 2019.

Au plaisir de vous y croiser !

Le réseau Traces.

www.traces-migrations.org

www.facebook.com/traces.migrations

 

******************************

LES RENDEZ-VOUS DE TRACES

Le Réseau Traces et le Centre social Bonnefoi présentent

Jeudi 13 juin, à 18h30

Au Centre Social Bonnefoi, 5, rue Bonnefoi, 69003 Lyon

Gratuit

La Guillotière, Belleville

Que deviennent les quartiers populaires ?

Projection du film Babelville, table ronde et discussion

En présence d’associations et collectifs du quartier, de Mohammed Ouaddane, responsable de l’inter réseau national Mémoires- Histoires et d’Olivier Chavanon, sociologue et habitant du quartier Guillotière, qui travaille sur la question du logement populaire et de l’habitat précaire.

Il y a vingt ans le réseau Traces était créé notamment pour interroger la mémoire des chibanis, les « invisibles », ces travailleurs immigrés arrivés après guerre et qui ont passé leur vie en France. Le réseau Traces souhaite aujourd’hui questionner à nouveau les thématiques qui les concernent, leurs droits, leur habitat souvent précaire. En ce sens, Traces propose un premier moment d’échanges sur le devenir des quartiers populaires, lieux où souvent résident les chibanis, à La Guillotière par exemple, au moment où plusieurs collectifs d’habitants et le Centre social Bonnefoi se mobilisent sur le devenir de ce quartier. Suite à la projection d’un film nous vous proposons une table ronde et une discussion en présence d’associations et de chercheurs.

Projection de : Babelville (France, 1993, 58 minutes), un film de Philippe Baron

Le Bas Belleville est un des derniers quartiers populaires de Paris, traditionnellement accueillant pour les immigrés. La mairie menace de le raser. Expulsions, murages, déracinements, suicides, démolitions. Mais aussi résistances, convivialité et fêtes. Des tranches de vie qui s’entrecroisent, des personnages forts en gueule, attachants et drôles. De la dernière épicerie buvette à l’hôtel meublé pour immigrés célibataires en passant par les réunions houleuses à la mairie, Philippe Baron a suivi de 1990 à 1991 la rénovation du quartier dans lequel il vit. Le film a reçu le prix du patrimoine (Cinémas du réel, 1993).

Au Centre Social Bonnefoi, 5, rue Bonnefoi, 69003 Lyon

Gratuit

***************

Le Réseau Traces, le festival Écoute(s) et Modus Operandi présentent

Jeudi 20 Juin, à Grenoble

À La Salle Noire – Anciennes usines Cémoi, 19 rue des Arts et Métiers Grenoble

PRIX LIBRE

LES MIGRANTS PRENNENT LA PAROLE !

Écoutes de créations radio et documentaires

Discussions et convivialité

Depuis leur émergence en 1981, les radios libres ont été le lieu d’information et d’expression d’hommes et femmes issu.es de l’immigration, comme en témoigne le très beau film de Carole Roussopoulos « Des femmes immigrées de Gennevilliers » réalisé en 1984. Ce film raconte comment des femmes créent l’A.F.A.I.F. (Association des Femmes Arabes Immigrées en France) et lancent en même temps une émission sur Radio Gennevilliers pour rompre leur isolement et faire valoir leurs droits (carte de séjour, certificat de travail) en revendiquant leur culture.

Aujourd’hui encore, la radios associatives sont un lieu important d’informations et d’échanges sur les questions qui entourent les migrations. Par exemple, Dio est une radio existant depuis la fin des années 70 à St-Etienne. Elle propose des espaces de paroles aux communautés locales (Berbères, Espagne, Congo, Portugal, etc.) qui sont libres d’en disposer comme elles le souhaitent. Dans son information quotidienne, Radio Dio porte également une attention particulière à la question migratoire – de l’histoire à l’actualité – et aux expressions de solidarité sous toutes ses formes…

Sur Radio Campus Clermont-Ferrand, une fois par mois, des mineurs isolés étrangers enregistrent « Faratanin Fraternité », leur propre émission de radio, proposant ainsi un autre regard sur l’immigration. À Grenoble, l’association Modus Operandi anime l’atelier radio « A plus d’une voix » où des nouveaux arrivants s’emparent des enregistreurs son pour exprimer leurs paroles par l’échange avec des habitants et via une émission mensuelle sur Radio Campus Grenoble. Les initiatives sont nombreuses sur les radios françaises et ailleurs. Nous vous proposons à travers l’écoute, et en présence de plusieurs représentant.es de radios, de partager plusieurs expériences et d’échanger sur leurs différentes démarches et leurs enjeux, dans leurs diversités.

à 18h : Promenade sonore « Afrique-Europe, le rêve en exil »

Muni d’écouteurs, le public est invité à se promener au gré des indications de l’objet radiophonique diffusé dans les oreilles. Cette promenade est conçue à partir de la matière sonore recueillie dans un atelier radio qui se déroule dans des cours de français de l’association Accueil demandeurs d’asile. Les exilé.e.s choisissent des sujets pour réaliser un travail radiophonique collectif : interviews, prise de son d’ambiance, débats…
Inscription et réservation à info@modop.org

à 20h : Soirée d’écoutes et d’échanges

Au programme : projection du film « Des femmes immigrées de Gennevilliers », écoutes de documentaires radiophoniques et discussions, chacun.e étant bienvenu.e.

En partenariat avec le festival Écoute(s) et en présence  de plusieurs acteurs de radios associatives de la région : radio DIO et le collectif Faratanin Fraternité de radios CAMPUS de Clermont-Ferrand, A plus d’une voix, atelier radio animé par Modus Operandi à Grenoble.

Merci à la Cie Les Barbarins Fourchus de leur accueil à La salle Noire !

 

******************************

RELAIS D’INFORMATIONS DU RÉSEAU TRACES

Voici les rendez-vous et informations des structures partenaires du réseau TRACES.

N’hésitez pas à nous tenir au courant de vos actualités, nous les relaierons le plus largement possible ! reseau.traces@gmail.com

 

***

Mardi 4 juin 2019 de 19h à 20h30,

Au Cinéma Le Club, Grenoble

Projection en avant-première du film documentaire : « Quelque chose de nous » de Tomas Bozzato

Quelque chose de nous est un court-métrage de 26 minutes. Le film a été réalisé dans un collège de Grenoble avec des élèves primo-arrivants. En donnant la parole à ces enfants entre deux mondes, entre deux âges, il rend compte de l’expérience migratoire dans ce qu’elle a de plus intime : l’éloignement des siens, le sentiment d’étrangeté et de perte qui accompagnent leur ancrage dans la société française, mais aussi les difficultés de la vie quotidienne d’où pointent en arrière plan celles de familles entières. C’est un film qui se tient à hauteur d’enfants. Il dit quelque chose de nous, de ce qui se joue dans la confrontation et l’ouverture à l’autre, mais aussi des contradictions qui agitent aujourd’hui la société française.

Une discussion en présence du réalisateur, de l’équipe du film et d’associations engagées dans la solidarité et le soutien aux migrants sera proposée à l’issue de la projection.

L’entrée est gratuite sur inscription. 06 12 29 92 37

 

***

 

Lundi 3 juin au cinéma Les Nemours à ANNECY, à 19h avec la Cimade
Mardi 4 juin au cinéma la Turbine à CRAN GEVRIER, à 20h30
Mercredi 5 juin au cinéma le Parnal à THORENS GLIERES à 20h

Projection du film DÉPLACER LES MONTAGNES

France | 2019 | 80 minutes Un film de Lætitia Cuvelier, Isabelle Mahenc

Dans nos montagnes, là où nous avons choisi de vivre, nous voyions des espaces de liberté, des cols, des passages et des invitations au voyage. Nous avons vu une frontière se dessiner, de la violence contre les personnes exilées, des drames et des élans de solidarité. Nous avons vu des portes s’ouvrir, des liens se nouer à la croisée de ces chemins d’exil et d’hospitalité. Nous avons eu envie de faire raconter cette aventure par ceux qui arrivent et celles et ceux qui accueillent. Parce que cette histoire de rencontres dit quelque chose de nous et du monde dans lequel nous vivons. Anne, Yves, Fanfan, Max et Alia habitent les vallées du Briançonnais. Les chemins de l’exil ont conduit Ossoul, Abdallah, Ali et Boubacar dans ces montagnes frontière et refuge. Comment se rencontrent-ils ? Quels sont leurs rêves, leurs colères et leurs espoirs ? Comment tentent-ils de déplacer des montagnes ? Dans leurs récits et dans les moments de fraternité qu’ils partagent, s’esquissent des réponses et d’autres interrogations…

Renseignements unthedanslaneige@gmail.com

 

***

 

Mercredi 5 juin à 18h30,

Au Cpa – 14 rue Louis Gallet à Valence

Visite inaugurale en présence de Camille Lévêque

Nous sommes nos montagnes
Exposition de Camille Lévêque et Lucie Khahoutian

En 2014, Camille Lévêque crée Live Wild, un collectif fictif composé de sept femmes artistes unies pour une performance à grande échelle et une quête identitaire en tant qu’individu et artiste. Nous sommes nos montagnes, mené avec Lucie Khahoutian, rassemble des œuvres en lien avec l’Arménie, le pays d’origine de leur famille réfugiée en France, et interroge, entre autres, la place du mont Ararat dans la mémoire et l’identité arménienne. Le projet entremêle mensonges et vérités, jouant avec la propre histoire et le passé des artistes.

Exposition du 6 juin au 25 août 2019, proposée dans le cadre des Ateliers de l’ethnopôle «Migrations, Frontières, Mémoires»

 

***

 

Le 6 juin 2019 de 18h à 20h

À l’ IADT- l’Institut d’Auvergne du Développement des Territoires,

51 Bd François-Mitterrand à Clermont-Ferrand.

Conférence « Conséquences des « crises migratoires » dans le monde actuel. »

Les intervenants s’exprimeront sur le fond et la forme de la place des populations d’immigrés dans le monde actuel à l’échelle des Pays de la Méditerranée vers l’Europe, du Mexique vers les Etat-Unis d’Amérique et le Canada dans le cadre de l’ALENA (Accord de Libre-Echange Nord-Américain). Les doctorants Rafik Harfaoui et Mounira Hamzaoui, membres de France-Algérie, interviendront à cette occasion, ainsi que le géographe, Laurent Rieutort, Professeur des Universités Clermont-Auvergne.

 

***

 

Vendredi 7 juin, 20h,

à RAMDAM, UN CENTRE D’ART

Bingöl, d’Alizée Bingöllü – Collectif Les Trois-Huit

Un jour, tu comprends que ton deuxième pays, celui que tu n’habites pas mais qui colore ton nom, devient une dictature. Ton nom devient alors à lui seul ce pays, ce sombre inconnu, cette menace autoritaire, ce mystère à dévoiler. Ton nom devient l’énigme du spectacle. Toi qui ne parles pas un mot de turc, tu décides de partir à Bingöl. Tu veux par là : Creuser le sillon de tes racines, Remonter à l’est à la source de tout, Découvrir ton nom-pays, Constater son état, Enquêter, questionner, faire le point, Remplir un vide insupportable, un manque, une ignorance, Renoncer à la nostalgie pour seul héritage, Refuser l’éloignement pour seul remède et la peur pour seule résolution, T’inventer une mythologie, Naviguer entre rêves et réalités désabusées, Et revenir.
http://www.ramdamcda.org/alizee-bingollu-collectif-les-trois-huit-bingol

 

***

 

Du samedi 1er juin au vendredi 7 juin,

à la Bourboule

Festival Plein la bobine, consacrée au thème De l’autre côté… la frontière.

Pour sa 17e édition, Plein la Bobine traitera de la frontière, de la limite au cinéma. De l’autre côté… la frontière, une invitation à un voyage cinématographique vers un ailleurs qu’il soit réel, imaginaire, proche ou lointain. Concrète ou imperceptible, la frontière fait naître rêves et espoirs que l’on ose la franchir ou non. Cette riche thématique sera abordée au travers de courts et longs métrages (D’une école à l’autre de Pascale Diez, The Immigrant de Charlie Chaplin, Comme un lion de Samuel Collardey, Coraline de Henry Selik, Alice au Pays des Merveilles de Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, Hamilton Luske…) mais aussi d’expositions. Une carte blanche sera laissée au studio L’Enclume.

http://focales.org/17e-edition-du-festival-plein-la-bobine/

 

***

 

Mardi 11 juin à 20h00,

Cinéma Opéra, 6, rue Joseph Serlin  Lyon

Projection de « Les dupes », Réalisé par Tewfik Saleh (Ciné-club Enjeux sur Image)

Irak des années 50. Trois Palestiniens réunis par leur détresse de réfugiés et l’espoir d’un futur meilleur, essaient de franchir la frontière vers le Koweït cachés dans un camion-citerne : recherche d’un passeur, voyage dans le désert, mystérieux chauffeur palestinien exilé en Irak…
Adaptation magistrale de la nouvelle de Ghassan Kanafani, Men in the Sun, encensée par la critique, Les Dupes est également un des premiers films arabes à avoir abordé la difficile situation des Palestiniens.

Séance en partenariat avec ERAP (Echange Rhône-Alpes Auvergne Palestine).
En présence de Françoise Fort « Palestine Filmer C’Est Exister » à Genève et de Rania Madi, palestinienne, juriste à l’ONU.

https://www.facebook.com/enjeuxsurimage

 

***

 

Les 13 et 14 juin, à 19h30,

À La Maison des Fêtes et des Familles, La Duchère, 24 avenue Rosa Parks, 69009, Lyon

GRATUIT

Théâtre – L’AFFAIRE CORRERA

« Nous sommes dans le quartier imaginaire de La Péruche. Dans le cadre de la réhabilitation du secteur de La Protection, il a été décidé d’abattre deux barres. Les chargés de relogement du bailleur social rencontrent les habitants concernés, afin de leur proposer de nouveaux logements. L’une d’elle, madame Correra, refuse les propositions qu’on lui fait, sans que ses raisons soient très claires. Autour de l’obstination de Madame Correra se déploie un récit très large, qui mêle politiques et travailleurs sociaux, anciens et nouveaux habitants du quartier, destins heureux et vies brisées…

De 2017 à 2019, le Collectif X est en résidence dans le quartier de La Duchère, pour accompagner le processus de relogement des habitants de deux barres promises à la démolition, dans le cadre d’un plan de rénovation. Après une année à recueillir des témoignages et deux spectacles de théâtre documentaire, le collectif a proposé, sur sa deuxième saison, la création d’un feuilleton théâtral, dont le récit est fictionnel mais inspiré de la matière recueillie.

Coordination du projet : Julien Nini / Écriture : François Hien / Mise en scène et jeu : Jérôme Cochet, Clémentine Desgranges, Kathleen Dol et François Hien / Scénographie et lumière : Charles Boinot

https://www.collectifx.com/

 

***

 

Les 13, 14, 17 ou 18 juin 2019 à 20h00,

Au Théâtre Midi/Minuit, 38 Rue Saint Laurent, 38000 Grenoble.

BUREAU DES DÉPOSITIONS, exercice de justice spéculative

« Là où les vies sont dans l’ombre, nous, Bureau des dépositions, nous exprimons par l’écriture de lettres de déposition et formulons une requête pour atteinte à l’intégrité de notre œuvre. Par la doublure de la justice, nous honnissons la charité et instituons une justice transformatrice qui juge les Etats-Nations et les politiques migratoires qui tuent et laissent mourir. Bureau des dépositions est une arme brandie pour une auto-défense légitime.  »

Essai de requête pour atteinte à l’intégrité de Bureau des dépositions / co-auteurs.co-autrices: Mamy Kaba, Ousmane Kouyaté, Sarah Mekdjian, Mamadou Djoulde Baldé, Aliou Diallo, Aguibou Diallo, Diakité Laye, Marie Moreau, Ben Bangoura,  Pathé Diallo, Saâ Raphaël Moudekeno. Avec la radio r22 Tout-Monde : https://r22.fr/

https://www.facebook.com/Bureau-des-dépositions-2425272657757823/

 

***

 

14 juin,

À L’atelier des Médias – Coworking Lyon, 9 quai andré lassagne, 69001 Lyon

Documentaires sonores « Ils accueillent »

documentaires sonores sur l’accueil des migrants, réalisé par Hélène Poté, La Lucarne Des Arts Visuels, Soirée d’échanges et point de vue
« Une soirée chez Céline, Xavier et Ilan » (30min), « Un après-midi avec Monique et Nyama » (20min)
Deux documentaires sonores chez des personnes qui accueillent des personnes sans domicile, ici des migrants en attente de régularisation. Dans les médias : des chiffres, des flux, des océans d’horreur. Mais des citoyens ont décidé d’agir. Ils accueillent. Qui sont ces personnes qui ouvrent leur porte ? Que se passe t-il pour les uns et les autres lors de ces moments partagés ?

 

***

 

Mardi 18 juin 2019 à 18h,

Au musée de la Résistance et de la Déportation de l’Ain, 3 montée de l’Abbaye, Nantua

Inauguration de l’exposition

« S’exiler pour survivre : passages clandestins des Juifs en Suisse 1942-1944 »

Entre 1942-1944, le Pays de Gex devient un point de passage pour les Juifs persécutés qui cherchent à fuir et à gagner la Suisse. Si peu de traces subsistent aujourd’hui sur le territoire, les archives permettent néanmoins de retracer des parcours dont l’issue se révèle parfois heureuse, parfois tragique.

À l’appui de cartes animées et de panneaux, l’exposition retrace les trajectoires et l’histoire de familles qui, fuyant les persécutions, ont tenté l’aventure du passage malgré les risques et les dangers.

 

***

 

vendredi 28 juin

Au RIZE, Villeurbanne

Journée d’étude « Saisir l’engagement : apports d’une analyse localisée »

En partenariat avec les laboratoires Triangle et Environnement, ville, société

Les formes et les causes de l’engagement sont plurielles : associatif, humanitaire, syndical, politique, en faveur des prostituées, des sans-papiers, des sans-logements, des migrants… La consommation, le mode d’habiter, d’une manière plus large les choix de vie peuvent être également synonymes d’engagement. Dans le cadre de sa saison consacrée à l’engagement, le Rize, à travers son pôle recherche, a voulu questionner l’engagement comme pratique à la fois individuelle et collective. La notion d’engagement soulève en effet de nombreuses interrogations, témoignant à la fois de sa richesse et du flou qui caractérise sa définition.

Cette journée d’étude s’appuiera sur des exemples localisés dans l’agglomération lyonnaise et en particulier à Villeurbanne. Elle se veut un espace de réflexion sur les méthodes d’enquête permettant d’appréhender les formes plurielles de l’engagement contemporain. Les intervenants aborderont également la question de l’engagement du chercheur lui-même sur son terrain, avec les personnes enquêtées.

http://lerize.villeurbanne.fr/

 

***

 

La TriBu HéRissOn présente…

Le 6 juin 19h30 concert plein air / à la Tannerie Bourg en Bresse.

Dans le cadre de la semaine Tannerie plage, ce concert sera l’occasion de découvrir le répertoire du Concert Sous La Langue et de rencontrer des participants à l’action 2019 : Concert Sous La Langue. Langues de l’immigration / langues régionales.

Le Concert sous la langue : Chems Amrouche : chant, guitares acoustiques, percussions /  Xavier Saïki : guitare électrique / Serge Sana : piano Wurlitzer, voix, synthé basse, percussions

Le 15 juin de 14h à 17h : DhOME concerts et débats sous casques / Devant le parvis de la médiathèque Aimé Césaire : 1 Place Jean-Michel Bertrand, 01000 Bourg-en-Bresse

Le Dhome – Concerts sous casques propose une expérience d’écoute intimiste, interactive et immersive. Au programme, un répertoire mêlant musique live, paroles multilingues et patois régionaux. Un temps de rencontre entre des locuteurs issus de l’immigration et des locuteurs patoisants sera organisé autour d’un repas partagé à 21h. Dans le cadre de l’action 2019 : langue de l’immigrations, langues régionales.

le 21 juin : sortie officielle de l’album Le Concert Sous La Langue

Le Concert Sous La Langue rend hommage à la musicalité de la parole et la richesse des langues parlées dans nos villes monde.

Le 25 juin 21h Concert au Périscope. 13 rue Delandine Lyon 02

Avec les artistes invités : Mohammed El Amraoui – poète,  Josy Bay : musicienne

Infos : www.latribuherisson.com

 

***

 

Du 14 mai au 24 juin

Dans le Puy de Dôme

Festival Saveurs sans frontières

Ce projet a pour but de déconstruire les idées reçues sur les migrations internationales en provoquant la rencontre de restaurateur Puydomois avec des cuisiniers professionnels ou amateurs qui ont connu la migration et/ou l’exil. Les repas hauts en couleurs qui seront issus de ces rencontres seront partagés sur fond d’animations par des artistes (conte, chant, musique, danse…).
Une façon de voyager et d’aller vers l’autre. Proposé par Anis étoilé.

https://www.anisetoile.org

 

***

 

PUBLICATIONS

 

Revue De(s)générations – sortie du n°29 : hospitalités.

« Aujourd’hui, des millions de personnes ont dû quitter les lieux où elles ont appris à vivre.

Leur nombre ne fera que s’accroître dans les années à venir. La revue De(s)générations souhaite consacrer deux numéros à la notion d’hospitalité. Nullement question ici d’humanitaire, encore moins de charité, mais bien d’un choix politique décisif. Une nécessité logique, une intelligence collective indispensable. De(s)générations souhaite ouvrir ici un espace à ceux qui pensent que l’hospitalité est la culture même, qu’elle est, avant d’être une pensée, un acte, une rencontre et reconnaissance de l’autre. Dans ces deux numéros, des exilés, des anonymes hospitaliers, hommes et femmes désobéissants qui accueillent et cachent, auront ici la parole, au même titre que des artistes, militants et intellectuels qui s’engagent à leurs côtés.

  • Pour un droit international de l’hospitalité, Étienne Balibar
  • Rencontre avec Majd, Mustapha Suaré et Soraya Kassi
  • Chez qui sommes-nous ? Des processus d’expropriation, Christiane Vollaire
  • Ici et partout, René Schérer, entretien avec Alexandre Costanzo
  • À l’école de l’hospitalité, Georges Didi-Huberman
  • Récits de calaisiens
  • L’ordre  Essai cinématographique de Jean Daniel Pollet, Marie-José Mondzain
  • Dessins, Eric Manigaud
  • Photographies, Colette Youinou

 

***

 

« 12 engagements pour une politique migratoire européenne solidaire favorisant la paix dans le monde »

À l’occasion des élections européennes, les 1 600 organisations réunies dans la dynamique des États Généraux des Migrations ont interpellé tout au long du mois de mai les candidat·e·s français·e·s aux élections européennes, leur demandant de s’engager sur 12 propositions concrètes pour que les droits des personnes migrantes soient mieux respectés en Europe. Ces douze engagements ont été signé par 150 candidat·e·s.

Categories: Agenda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *