Réunion d’échanges des acteurs impliqués sur les questions qui entourent les migrations,

Informations sur l’avancée des actions du RÉSEAU TRACES qui fête ses 20 ans en 2020,

et échanges autour de la construction de la prochaine biennale, qui aura lieu à l’automne 2020.

 

1/ Introduction du Réseau TRACES par Lela Bencharif, présidente et Sébastien Escande, coordinateur.

> Rappel du Bilan de la Biennale 2018 : Les évènements ont doublé, de 60 à 120 entre 2016 et 2018, un public également beaucoup plus nombreux. Un bilan très positif, avec des événements d’une belle qualité. Mais parmi les réserves : certains jours juxtaposition de propositions en de mêmes villes, manque de lisibilité entre la multitude des propositions, pas assez de liens à notre sens entre les différentes propositions portées par différents acteurs. Alors : Idée d’aller vers moins d’évènements en 2020, mais qui soient plus co-construits.

> Présentation des nouveaux projets Traces : images migrantes, la lettre d’informations mensuelle, propositions de plusieurs moments organisés chaque mois dans toute la région, des nouvelles de la revue ÉCARTS D’IDENTITÉ, nouvelles personnes dans l’équipe Traces.

 

2/ Tour de table des acteurs, de leurs projets en cours :

 

Radio Ondaine
Nicolas Urbaniak – contact @ radio-ondaine.fr

> En 2018, projet à la maison d’arrêt.

> Témoignages de mineurs isolés, ce qu’ils font ici, et de familles d’accueil, à la Maison solidaire de Saint-Etienne

> Possibilité de relais communication, plateau radio

> Propose de solliciter un partenariat avec AURA FM, confédération régionale de radios associatives, 1 ou 2 heures sur toutes les radios régionales

 

Radio Dio
Lionel Fayolle – redac @ radiodio.org

> Suis la biennale depuis 20 ans. Travaille les thématiques des migrations au quotidien. Promotion des actions, implication sur l’organisation de la journée d’études Traces 2018 à la Cinémathèque avec le Gremmos + Orga soirée musique au FIL, salle de musique, autour de la sortie d’un disque de musiciens issus de migrations

> Réflexion sur comment les personnes migrantes peuvent s’emparer de la radio

> Implication sur événement Lorraine cœur d’acier au printemps 2020 (reporté à l’automne) sur question des radios libres. Ateliers. Diff docu. Carole Roussopoulos. Sollicitation CMTRA, expo sur cassettes musicales produites dans les années 80 autour de cultures issues du Maghreb à Lyon.

 

Amicale Laïque Beau Brun
Nadim Ghodbane – nadim.ghodbane @ wanadoo.fr

> Thématique intégrante de la mission d’éduc pop.

> Groupe d’ados qui travaille sur l’histoire des migrations depuis la fenêtre de leur quartier.

 

Château de Goutelas
Grégory Diguet – gregory.diguet @ chateaudegoutelas.fr
Thierry Segreto – segreto.thierry1 @ gmail.com

> Centre culturel, rencontres, centrées sur les questions d’humanisme, droit, & création. Site Patrimonial, tradition d’accueil dans la région, solidarité autour des déboutés (film produit sur les personnes qui accueillent)

> Rencontres « L’hospitalité défiée par les migrations » en octobre 2019, pluridisciplinaire, films, perf/installation à partir de témoignages notamment de migrants = matière existante à valoriser ?

+ idée de reproduire ces rencontres en 2020 lors de la biennale.

> Partenariat avec l’Amicale de Tardy et le Gran Lux pour mettre en place une rencontre sur l’accueil entre villes et campagne.

 

École de l’oralité
Allaoua Bakha (musicien) – alawa.bakha @ gmail.com

> Solliciter le BOB ORCHESTRA, orchestre musiciens amateurs, incluant des migrants, jeunes exilés, avec quatuor professionnel. L’école prévoit un spectacle pour cet automne, s’installe à la Comète, ancienne école de la Comédie

> Conseille le film « Pourquoi la mer rie-t-elle ». Un film de Aude Fourel. ‘Lorsqu’une personne marche le long de la piste de son ancêtre, elle fait ressurgir les chants et les histoires de la terre. Et si un enfant naît du voyage, il devient alors l’enfant de ces chants. » Témoignages de femmes.

> Groupe bric à Brac. Projet de chansons à textes, musiques migrantes. Réhabilitation de la guinguette sur un répertoire de musiques d’ailleurs : jazz,musique irlandaise, Musette, musique klezmer, musique d’Amérique latine, chansons, musique des balkans, airs classiques,..

 

Les moyens du bord
Marie-Hélène Mathieu (MHM) – koukou.mathieu.st.e @ wanadoo.fr

> Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM financés par l’ARS, loi de 2005 sur la Santé et le Handicap, accueil de personnes touchées par des troubles psychiques, sans rôle thérapeutique). LMDB proposent des ateliers artistiques, des pratiques culturelles, reliées à la société. L’association a accueilli et accompagné des demandeurs d’asile (par définition fragilisés par leur histoire) certains artistes plasticiens ou tel autre souhaitant écrire son histoire d’exil. D’où la participation des MDB à la Biennale 2016 (exposition de peintures et sculptures, lectures de et avec Aimé Noutché « La route de l’exil » ed L’Harmattan, lectures de récits de collégiens en classe de FLE) et à la Biennale 2018 (lecture de « Noirs migrants » de David Mala Kini, et « Paroles de femmes » avec Terrain d’Entente et un groupe de femmes de Montreynaud en cours de FLE).

> Pour la biennale 2020, idée d’une expo « les émigrés », série de peintures sur toile grand format, de Philippe Bouvier, peintre. Ils se noient dans la Méditerranée. Une lecture en écho pourrait être envisagée (Benoît Maire et MHM). A réaliser dans les nouveaux locaux de l’association, 38 rue de la Résistance (grandes baies vitrées).

 

JRS (Jesuit Refugee Service)
Liliane Coulon – welcome.st.etienne @ jrsfrance.org

> Accueil primo arrivants, de familles, depuis 2 ans, Ouvrir à la créativité, art, beauté, favoriser rencontres, insertion

 

La Cimade
Marion Peyre – marion.peyre @ wanadoo.fr

> Organisation des rencontres Migrant’scène, collaboration avec biennale Traces en 2018, envie de faire plus en partenariat, thème 2020 « résistances »

 

Collectif « Un toit c’est tout », Quartiers St-Just, St-Rambert
Collectif « Pour que personne ne dorme à la rue »
J Marc Goubier – jmgoubier @ orange.fr
Gilles Psomas – gilps1055 @ gmail.com

> Invite à communiquer sur la charte pour l’accueil des migrants, proposée par les États Généraux des Migrations diffusée à l’occasion des élections. https://eg-migrations.org/

> Solidarité avec les déboutés du droit d’asile, une centaine de familles parrainent les loyers, travail de sensibilisation,

> Festival Migrations au mois de novembre

> Conseille le spectacle « Incendies » Après la mort de leur mère, Simon et Jeanne partent à la recherche de leur histoire, de leurs racines. De nombreux personnages les accompagneront dans leur quête, autant de rencontres qui leur permettront de démêler leur histoire familiale. Le texte de Wajdi Mouawad fait écho à une histoire vraie, l’histoire d’une véritable héroïne, résistante.

> Conseille le film « Je n’aime plus la mer » (Belgique | 2018 | 68 minutes), Un film de Idriss Gabel – Nous sommes au centre d’accueil « Le relais du monde » de Natoye entre Namur et Ciney. Durant un an, le réalisateur a suivi les enfants du centre dans leur quotidien, apprenant à les connaître, installant consciencieusement avec eux une relation de confiance, avant de commencer à les filmer. Les enfants viennent d’Afghanistan, d’Érythrée, d’Irak ou de Syrie, et ont un point commun : ils ont fui la guerre, la persécution ou des situations d’extrême pauvreté. Ils racontent chacun à leur tour le parcours qui les a menés jusqu’en Belgique.

> Prévoit conférence le 7 ou 28 novembre d’Alpha Kaka.

 

SOS Méditerranée
Laurence – stetienne@sosmediterranee.org
Antoine de la Librairie Lune et l’autre

> Intéressé.es par l’expression des personnes migrantes, témoignages à 4 mains, enjeux de la collaboration. Projet autour du livre Partir et Raconter, « Dem ak xabaar », le livre a pour sous-titre « Une odyssée clandestine », il a été écrit par Mahmoud Traoré et Bruno le Dantec aux éditions Lignes.

> Spectacle Lampedusa Beach : raconte le péril d’un bateau passeur chargé d’exilés qui se dirige de l’Afrique vers la petite île de Lampedusa, au sud de la Sicile. Il n’atteindra pas son but. 2013. Lina Prosa tire une pièce bouleversante sur le parcours d’une femme, Shauba. Le premier volet du triptyque du naufrage est mis en scène par Christian Benedetti.

> La fête du livre, qui mobilise beaucoup d’acteurs, dont le libraire dont je vous ai parlé, Antoine de Lune et l’autre, aura lieu cette année du jeudi 15 au dimanche 18 octobre. Rencontre proposée autour du livre Les Damnées de la mer.

> Solliciter chercheuses Alina Miron (Droit international et européen) et Bérangère Taxil. « Requiem pour l’Aquarius. Les sauvetages en mer, entre instrumentalisation et criminalisation. »

> Film L’Europe au pied des murs (Documentaire d’Elsa Putelat et de Nicolas Dupuis. Durée 0h53). Près de 30 ans après la chute du rideau de fer, l’Europe se replie sur elle-même et ferme ses frontières extérieures par un mur. le film a été projeté à la Cinémathèque de Saint-Etienne le 6/12/2019 dans le cadre du festival Migrant’scène.

> Solliciter Département d’études politiques et territoriales, Université Jean Monnet Saint-Etienne.

 

Traces
Lela Bencharif, présidente – lela.bencharif @ free.fr

> Le collectif ALTER’VILLE veut s’impliquer. Co-opéré par Sciences Po Lyon et l’Université Jean Monnet Saint-Étienne et labellisé par l’Université de Lyon. Il est l’une des composantes du secteur « Action, Changement, Territoires » que Sciences Po Lyon développe sur son nouveau site stéphanois.

> Solliciter Corine Vedrine, Clermont Ferrand, (L’esprit du capitalisme selon Michelin. Ethnologie d’un mythe industriel, Stratégies identitaires de conservation et de valorisation du patrimoine) À propos des femmes qui ont émigré seules.

 

Collectif Loire « Pour que personne ne dorme à la rue »
J. François Peyrard – patjfpeyrard @ wanadoo.fr

> Collectif d’une quarantaine d’associations sur département depuis une dizaine d’années. Accueil, solidarité, hébergement, « réquisitions citoyennes », 300 adhérents,

> Promouvoir l’association « villes accueillantes »

> Prévoit la « fête de la fraternité » avec les États Généraux à l’automne

> Comité de parrainage de Firminy, travail, apprentissage (mécanique, cuisine, …)

> Développer les questions de santé / psychiatrique. Solliciter le Comede – Comité pour la santé des exilés. mission d’Agir en faveur de la santé des exilés et de défendre leurs droits. Travail avec les mineurs isolés.

 

Centre social Le Babet
Karima Chouchou – adultes @ lebabet.fr

> Permanence emploi, juridique, accueille beaucoup de personnes migrantes, femmes âgées seules, travail sur la place publique

> Projet de livre d’art avec des femmes de la 1ere génération d’immigrées.

 

NOTES / AUTRES RESSOURCES CITÉES :

> la maison solidaire n’a plus de place pour accueillir de nouvelles demandes

> ventes aux enchères de l’amicale de Tardy

> solliciter le collectif d’habitants de la Bourse

> Livres de Nathalie Quintane (Un œil en moins, Les enfants vont bien)

> « Dans la mer il n’y a pas de crocodile », livre fait à 4 mains, l’histoire vraie d’Enaiatollah Akbari, par Fabio Geda : Dix ans, ou peut-être onze. Enaiat ne connaît pas son âge, mais il sait déjà qu’il est condamné à mort. Être né hazara, une ethnie haïe en Afghanistan par les Pachtounes et les talibans, est son seul crime. Pour le protéger, sa mère l’abandonne de l’autre côté de la frontière, au Pakistan. Commence alors pour ce bonhomme «pas plus haut qu’une chèvre» un périple de cinq ans pour rejoindre l’Italie en passant par l’Iran, la Turquie et la Grèce. Louer ses services contre un bol de soupe, passer les frontières dissimulé dans le double-fond d’un camion, braver la mer en canot pneumatique, voilà son quotidien. Un quotidien où la débrouille le dispute à la peur, l’entraide à la brutalité. Mais comme tous ceux qui témoignent de l’insoutenable, c’est sans amertume, avec une tranquille objectivité et pas mal d’ironie, qu’il raconte les étapes de ce voyage insensé.

> Spectacle « Migraaaants » de Mateï Visniec : Une légion de migrants, dans le mystère et l’obscurité, avec une sublime abnégation et en dépit des dangers, tente d’atteindre les côtes de ces pays « alliés ». Cette pièce se penche avec un humour féroce sur l’histoire d’une traversée et d’une arrivée. Une invasion, diraient certains, car après ce terrible voyage on voit se développer des phénomènes qui pourraient préfigurer ce qui adviendra si la surdité et la désinformation de nos sociétés se maintiennent. Loin de toute volonté de relater un sensationnel odieux, la pièce se veut surtout être une étincelle pour déclencher le débat autour de la bravoure de ces acteurs anonymes. Spectacle « réunissant des comédiens professionnels de la Cie Trouble Théâtre et des jeunes réunis au sein de la Cie Le Cri de la Lune. On voit des jeunes encapuchonnés qui tentent de franchir la frontière. On est confronté à la peur, le froid, la faim… qu’ils connaissent. On est touché par leur jeunesse (des acteurs comme des personnages de la pièce) » MHM vu au Chok Théâtre en déc 2018. « Une reprise de Migraaaants serait enviseageable mais plutôt à partir de décembre 2020. Nous avons fait une intervention en classe de 3ème et seconde à Boen et St Germain Laval, passionnant ! Les jeunes se sont frottés au texte de Visniec avec beaucoup de plaisir et d’intérêt. Hélas nous ne pouvons être présents Philippe et moi. Cependant nous sommes vivement intéressés par cette manifestation (la Biennale). » MHM – Contact : Béatrice MOULIN Philippe GRENIER <bigfamily6 @ wanadoo.fr>

> Spectacle « Du piment dans les yeux » de Simon Grangeat. En cours de création par les mêmes, avec le soutien de l’Espace culturel de La Buire. Une pièce qui raconte le parcours de Mohamed Zampou ( 15 ans) de Côte d’Ivoire au Maroc. Mohamed, Inaya, 19 autres personnages et un chœur nous content le périple de deux jeunes adolescents poussés par leurs rêves et leur ardeur de vivre. Aujourd’hui, presque deux ans après leur départ de Niamey, à Tanger ils prennent un convoi pour l’Espagne. Un « ramez-ramez » pour dépasser les eaux marocaines. Les secours les mèneront jusqu’en Europe et « c’est presque le début de leurs ennuis. » Les mêmes acteurs que précédemment, masques et marionnettes.

> « Félicité » Bande dessinée, réalisée à Chambéry par 3 co-scénaristes impliqués dans l’accompagnement de migrants et une illustratrice, autofinancement et financement participatif réalisé par Ulule, collectif Asile Savoie. Une jeune femme arrive en gare de Chambéry. Elle s’appelle Félicité. Elle vient de fuir son pays, la République Démocratique du Congo. Une fiction documentée, qui aborde le parcours complexe du demandeur d’asile en France et le contexte politique tendu au Congo, la situation dramatique au Kivu autour de l’exploitation minière. BD de grande qualité, à faire connaître, créer un événement autour. L’équipe à l’origine est prête à y contribuer. (MHM). https://www.asilesavoie.com/roman-graphique/

> Spectacle GIBRALTAR, « c’est une pièce jouée par la Cie Marbayassa, de Ouagadougou, Burkina-Faso, élue « Lompolo » (Molière) de la meilleure compagnie théâtrale 2016. Depuis la mort de leur metteur en scène, leurs spectacles sont mis en scène par Guy Giroud, metteur en scène de Théâtre amateur de haut niveau, à la retraite de l’Education Nationale, membre de la Ligue de l’Enseignement, habitant la région stéphanoise. Il organise pour la Cie Marbayassa des tournées en France et des interventions auprès d’un public de scolaires. J’ai beaucoup aimé ce spectacle mêlant le théâtre et la danse (rap ? hip-hop ? je ne sais comment la nommer). La pièce commence par les 2 danseurs qui s’élancent sur le mur virtuel de Ceuta qu’ils tentent d’escalader face au public, d’où ils retombent chaque fois jusqu’à être exténués. Les danseurs deviennent alternativement comédiens, lors de scènes qui se passent « au pays », confrontant un jeune voulant partir et un autre revenu, et le 1er et son père aveugle. Que le spectacle soit monté par des africains lui donne une grande force pour le public de « blancs » que nous sommes. » MHM vu au Théâtre libre et au TGV. – Contact : Danielle Giroud-Poude, tramediffusion   @gmail.com

> « En quête d’un refuge », film documentaire sur l’accueil des réfugiés dans le département de la Loire, réalisé avec un groupe de 15 jeunes de 17 à 23 ans d’origine très diverse, accompagnés par La Louce (vidéastes) & le Mémorial de la Résistance et de la Déportation de la Loire. Ils ont interviewé des demandeurs d’asile et les partenaires acteurs de leur parcours (administration, associations, bénévoles…). Ce film remarquable introduit et permet une soirée-débat portée par une association. Cf le 13 février à l’Horme. (MHM). Contact  La LOUCE : Vincent Rubin : rubinvince @ yahoo.fr et Marine Delcroix : marine.delcroix @ gmail.com

> Reçu de GRAMMATICO Alexandra, Agent Littéraire : Monsieur GADI a publié deux livres, Il a créé des cartes postales poésie. Monsieur GADI représente le bien vivre ensembles dans un monde apaisé et il aimerait être invité parmi vous pour un évènement culturel. Son site : www.gadi-site.fr Son adresse email : poetestephanois @ gmail.com

> Je suis bénévole au comité de parrainage des familles demandeurs d’asile du canton de firminy et étudiante en M2 de socio à la fac de sainté, mon sujet de mémoire porte sur l’accueil des jeunes mineurs sur notre commune. j’aimerais participer si cela est possible Béatrice FALCAND – beatrice.falcand @ laposte.net

Note : Cinémathèque de St-Etienne (Antoine Ravat – antoine.ravat @ saint-etienne.fr) > En raison de la période électorale, la Cinémathèque ne peut pas s’impliquer cette année dans la biennale Traces. Conseille de solliciter des lieux tels que le cinéma Le Méliès, le théâtre Beaulieu ou l’Espace Forum Montreynaud.

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *