La liste ci-dessous, conçue par le RÉSEAU TRACES, a pour vocation de faire connaître différentes expositions abordant les questions qui entourent les migrations, ainsi que de faciliter leur diffusion en Région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette liste est non-exhaustive et évolutive. N’hésitez pas à nous envoyer des propositions pour enrichir cette liste, merci ! (reseau.traces@gmail.com)

——————————————————————————————————-

EXPOSITIONS 2020 :

NOUS ET LES AUTRES – DES PRÉJUGÉS AU RACISME
Muséum national d’histoire naturelle – site du musée de l’Homme
Au croisement de l’anthropologie, de la biologie, de la sociologie et de l’histoire, l’exposition s’appuie sur des études menées par les chercheurs en sciences de l’Homme et de la société. Elle propose un parcours qui s’attache à décrypter pourquoi et comment se met en place le racisme, la xénophobie à des moments de l’histoire des sociétés. Le racisme est un processus complexe dans sa nature, divers dans ses manifestations. Il est non figé dans le temps. Le décrypter suppose d’analyser les logiques historiques, psychologiques, économiques, politiques et sociales qui en sous-tendent tous les aspects. > Traces a signé une convention avec le Muséum national d’histoire naturelle – site du musée de l’Homme afin de faire circuler l’exposition en région Auvergne-Rhône-Alpes.

——————————————————————————————————-

MARCHE OU RÊVE
Collectif ITEM
La marche citoyenne et solidaire organisée par l’Auberge des migrants a réuni du 30 avril au 8 juillet 2018 plusieurs milliers de personnes. Promeneurs d’un jour ou marcheurs d’un mois, militants convaincus ou simples curieux ont traversé la France de Vintimille à Calais pendant 70 jours. L’exposition photographique Marche ou Rêve retrace cette initiative.  (Détails)

——————————————————————————————————-

BANDE DESSINÉE ET IMMIGRATIONS : UN SIÈCLE D’HISTOIRE(S)
Musée national de l’histoire de l’immigration
Depuis ses débuts au 19e siècle, la bande dessinée a été intimement liée aux migrations. À travers le monde, nombre d’auteurs ont placé le thème de l’immigration au cœur de leur œuvre. De McManus à Bilal, en passant par Hugo Pratt, Uderzo et Goscinny, ce sujet apparaît comme un thème majeur du 9e Art. Bande dessinée et immigrations : un siècle d’histoire(s) donne à voir ce croisement méconnu, à travers une quarantaine de reproductions. (Détails)

——————————————————————————————————-

ACCUEIL DE MIGRANTS, UN PLATEAU SOLIDAIRE
Pierre Duvert, photographe indépendant
« Peux t-on faire l’économie de l’accueil de migrants ? » C’est en ces termes qu’Olivier, 1er adjoint à la mairie de Saint Hilaire du Touvet, interpelle le conseil municipal au printemps 2016. Il se fait l’écho des préoccupations de nombreu(ses)x habitant(es)s du Plateau des Petites Roches, à quelques kilomètres de Grenoble, sur les contreforts de la Chartreuse, qui souhaitent venir en aide aux personnes migrantes qui trop souvent se retrouvent à la rue avant de pouvoir bénéficier des aides prévues par la loi aux demandeurs d’asile. L’association « un toit sur un plateau » est créée fin 2016 et, en lien avec l’association grenobloise Accueil Demandeurs d’Asile, organise un hébergement d’urgence pour accueillir des familles ou des personnes isolées en attendant que leur soit attribué un logement par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration. (Détails)

——————————————————————————————————-

FRONTIÈRES
Musée national de l’histoire de l’immigration

Rarement les frontières n’ont suscité autant de controverses, de débats, d’inquiétudes et d’espoirs. Elles expriment des réalités historiques, géographiques et humaines très complexes.
L’exposition itinérante Frontières propose des clés de compréhension historiques et géopolitiques, dans un récit mêlant la grande histoire des migrations, la géographie des frontières, des témoignages de la traversée et le regard d’artistes contemporains. (Détails)

——————————————————————————————————-

PLANÈTE MIGRANTS
Amélie Fontaine, Sophie Lamoureux
Aujourd’hui, on estime qu’un humain sur trente a quitté son pays de naissance. Pour des raisons économiques, politiques, climatiques… il n’existe plus un endroit sur Terre qui ne soit pas concerné. Ces mouvements de population suscitent de nombreux débats dans les pays d’accueil comme la France. Pourtant, la France est traditionnellement un pays d’immigration massive. Ce documentaire clair et précis propose un rappel historique de ce phénomène et détaille les questions et enjeux actuels auxquels les pays développés doivent répondre.. (Détails)

——————————————————————————————————-

BEYOND EVROS WALL
Alberto Campi
En avril 2012 je tombe par hasard sur le titre d’un article sorti dans la presse suisse: “Arno Klarsfeld veut un mur entre la Grèce et la Turquie”. Ignare, j’en parle à Cristina Del Biaggio, amie et géographe. Avec le soutien du cartographe du Monde Diplomatique Philippe Rekacewicz, le bi-mensuel LaCité et de l’Université de Genève, Cristina Del Biaggio et moi partons en Grèce afin de témoigner de ce mur aux portes de l’Europe, pensé pour arrêter le flux migratoires. La région de l’Evros, là où le mur a été construit, est la première étape d’un voyage de deux mois (juin 2012 – août 2012) qui nous a amenés également à Istanbul, Athènes et Patras. (Détails)

——————————————————————————————————-

CIAO ITALIA ! Ces immigrés italiens qui ont fait la France.
Musée national de l’histoire de l’immigration
Ciao Italia ! met en lumière l’apport de l’immigration italienne à la société et à la culture françaises. Abordant la religion, la presse, l’éducation, les arts, la musique, le cinéma, les jeux et le sport, ou encore la gastronomie, elle donne à voir tous ces italiens, ouvriers, mineurs, maçons, agriculteurs, artisans commerçants, artistes ou encore entrepreneurs qui ont fait la France depuis la seconde moitié du 19e siècle. (Détails)

——————————————————————————————————-

PARIS LONDRES MUSIC MIGRATIONS
Musée national de l’histoire de l’immigration
Du début des années 1960 à la fin des années 1980, de multiples courants musicaux liés aux flux migratoires ont transformé Paris et Londres en capitales multiculturelles. L’exposition propose de traverser ces trois décennies décisives de l’histoire musicale des deux villes et de faire résonner un brassage inédit de rythmes musicaux avec les évolutions sociales et politiques et les transformations urbaines. Plusieurs générations d’immigration dans ces deux anciennes puissances coloniales se sont emparées de la musique pour faire entendre leurs droits et revendiquer leur place dans l’espace public. Du ska de Desmond Dekker au punk sans frontière de Rachid Taha en passant par l’afro-reggae d’Alpha Blondy, Paris-Londres explore ainsi les liens denses et complexes entre migrations, musique, luttes antiracistes et mobilisations politiques. (Détails)

——————————————————————————————————-

MONDES TSIGANES
Musée national de l’histoire de l’immigration
Mondes tsiganes explore le rapport de la photographie aux Roms, Manouches et Kalé-Gitans et comment les multiples représentations de ces communautés tsiganes traversent l’histoire du médium. Passant au crible les multiples usages de la photographie, l’exposition révèle la construction des stéréotypes dont ces communautés ont souvent été les victimes, donne à voir une autre vision des Tsiganes et permet de comprendre les origines d’une discrimination qui perdure encore aujourd’hui. (Détails)

——————————————————————————————————-

RELIGION D’ICI, PRATIQUES D’AILLEURS
Benjamin Vanderlick et Valérie Aubourg
À partir d’une approche mêlant ethnographie et photographie, Valérie Aubourg (anthropologue, Université Catholique de Lyon) et Benjamin Vanderlick (photographe- ethnologue) interrogent les pratiques religieuses des catholiques de la région lyonnaise, originaires de sociétés africaines et créoles. L’exposition met en lumière les métamorphoses subies par les phénomènes religieux sous l’effet des migrations internationales(Détails)

——————————————————————————————————-

Blaise Nzumbu Bola et Davi Hombesa

LES MAQUIS DE LA GUILLE
Benjamin Vanderlick
Que se passe-t-il derrière ces devantures opaques ? A-t-on notre place dans ces lieux ? Peut-on entrer ? 

Benjamin Vanderlick n’a pas hésité à franchir la porte de ces fameux maquis, ethnologue et photographe, il va nous entrainer dans un voyage si loin si proche. Depuis une dizaine d’années, la partie nord du 7e arrondissement de Lyon s’éveille aux couleurs de l’Afrique : magasins d’alimentation africaines et antillaises, boutiques de coiffure, de tresses, de poses d’ongles et bars-restaurants se multiplient.
Ces lieux sont la transposition en Europe de ce qui est notamment dénommé sur le continent africain « maquis » (en Afrique de l’Ouest). Ainsi les maquis sont à Abidjan ce que sont les pubs à Londres : des lieux de rencontres, d’échange et de défoulement. (Détails)

——————————————————————————————————-

SOLIDAIRES MAIS HORS-LA-LOI
Collectif Item, Bertrand Gaudillère – Catherine Monnet
Il y a un peu plus d’un an, nous commencions un projet sur les soutiens bénévoles qui se créaient autour des migrants pour faire face à la crise migratoire et pallier à l’absence des institutions.
Aujourd’hui, nous réalisons que notre projet Justes Solidaires n’a jamais aussi bien porté son nom.  Les solidarités citoyennes font l’objet, ces derniers mois, de pressions politiques, policières et judiciaires croissantes. A Paris, début novembre, Aubépine Dahan et Houssam El Assimi ont du répondre devant la justice de leurs actions en faveur des migrants. A Nice et dans la vallée de la Roya, les interpellations, les gardes à vue, les convocations devant la justice et les condamnations se multiplient depuis un mois. Cédric Herrou, Pierre-Alain Mannoni, Francesca Peirotti, pour ne citer qu’eux, risquent de la prison pour avoir héberger ou aider des migrants à circuler sur le territoire. Ces quelques images rappellent la nature de leur engagement et les raisons pour lesquelles des citoyens ordinaires et solidaires se mobilisent à la frontière franco-italienne.
(Détails)
 + Autres expositions du collectif Item : JUSTES SOLIDAIRES (Détails)BRIANÇON : LEÇON DE SOLIDARITÉ (Détails)CALAIS, LA JUNGLE EN SUSPENSION (Détails), JUNGLE FISH (Détails)

——————————————————————————————————-

MY JOURNEY TO EUROPE
Abdul Saboor de l’Atelier des artistes en Exil
Né en 1992, à Nagrahar en Afghanistan, Abdul Saboor doit subvenir à ses besoins dès son plus jeune âge. Il travaille avec l’armée américaine pendant 6 ans. Recherché par les Talibans, il est obligé de fuir son pays. Toujours équipé d’un appareil photo, il immortalise le périple de son exil, de ses deux années passées à traverser l’Europe jusqu’à la France, où il décide de s’arrêter en 2017. Depuis lors, il a choisi de poursuivre sa démarche en photographiant ceux qui, à Calais et ailleurs en France, vivent dans leur chair la difficulté de l’exil. (Détails)

——————————————————————————————————-

L’accueil : () oui à l’autre
ADATE
Cette exposition exhibe quelques traces de la mémoire de l’accueil des immigrés, moment important de toute expérience migratoire. Depuis la décennie 1970, ce moment est devenu un enjeu politique et social majeur, mobilisant plusieurs acteurs (de la politique publique comme de la société civile). En faire mémoire, c’est aider à réfléchir sur ce que accueillir aujourd’hui veut dire.

——————————————————————————————————-

REFUGES
Médecins Sans Frontières/ Bruno Fert
Ces images racontent ce que sont l’exil et la migration. Ces intérieurs dessinent l’univers mental de ceux qui sont sur la route : leurs traditions, leurs aspirations, leurs personnalités. Ils ne sont plus simplement migrants, mais commerçant, jeune adulte à peine sorti de l’enfance ou artiste mystique. Devant l’objectif du photographe, les «migrants» ou «réfugiés» – termes génériques qui nous font perdre de vue leur identité – ne sont plus des silhouettes marchant dans la boue au milieu des tentes, mais des visages qui nous regardent… Surtout, ces clichés disent l’étonnante capacité de l’humain, qu’il soit nomade ou sédentaire, à habiter le lieu où il vit, même pour un temps court, même une cabane ou une tente de Calais. (Détails)

——————————————————————————————————-

A VINTIMILLE, LE DERNIER CAMP DE L’EXIL SOUDANAIS
Pierre Duvert, photographe indépendant
Vintimille, Italie, juillet 2016. Empêchées de continuer leur voyage vers d’autres pays d’Europe par la fermeture de la frontière entre la France et l’Italie, plus de 1000 personnes sont forcées de rester dans un camp de fortune au bord des voies de chemin de fer italien. Plusieurs associations ainsi que des ONG internationales leur viennent en aide au quotidien en fournissant des repas, des consultations médicales, et tentent de les informer et les organiser. La police italienne procède régulièrement à des arrestations massives et les renvoie par cars entiers dans des villes du sud de l’Italie. (Détails)

——————————————————————————————————-

PORTRAITS DE ROMS EN BIDONVILLE
Pierre Duvert, photographe indépendant
A Grenoble, en 2014, une centaine de familles Roms, pour la plupart originaires de Roumanie, ont construit avec leur peu de moyens un bidonville pour s’abriter de l’hiver.
L’accès à l’emploi, aux soins, à l’éducation leur est refusé dans leur pays d’origine où ils sont considérés comme des citoyens de seconde zone, victimes de discriminations. Ils tentent leur chance en Europe de l’ouest dans l’espoir d’une vie meilleure. Les Roms ne sont pas des nomades, ils fuient la dégradation de leurs conditions de vie dans leur propre pays. Le bidonville a été démantelé en Juillet 2015 et ses habitants ont du reconstruire ailleurs leurs habitations détruites. (Détails)

——————————————————————————————————-

VOUS NE M’ÊTES PAS INCONNU.E
Nadine Barbançon
Comme de nombreux collectifs d’habitants autour de la région grenobloise et en France, le Collectif d’Accueil des Réfugiés du Trièves (CART) reçoit depuis deux ans des hommes et des femmes demandeurs d’asile provenant de nombreux pays, et qui se heurtent au manque de places en hébergement d’urgence.Ils sont ainsi accueillis temporairement, notamment par des familles bénévoles, chez eux. Nadine Barbançon a photographié en 2016 et 2017 ces premières rencontres avec des hébergeurs et leurs hôtes. (Détails)

——————————————————————————————————-

MÉMOIRES DES CHIBANIS A LA RÉSIDENCE DES LANDIERS
ADDCAES  / Isabelle Fournier
Depuis trente ou quarante ans – parfois davantage – ils habitent à la résidence des Landiers. Ils ont accepté d’être pris en photographie et de témoigner pour la réalisation de cette exposition. Elle leur rend hommage.
(Détails)

——————————————————————————————————-

TSIGANES L’ÂME VOYAGEUSE
Jean-Christophe Plat
Les TSIGANES, un peuple toujours méconnu !!! Leur premier signalement en France date du XV siècle, et pourtant 500 ans plus tard, leur nationalité française soulève toujours la polémique. Jadis, invités à la cour des rois, ils sont aujourd’hui l’objet d’un rejet permanent. (Détails)

——————————————————————————————————-

DES SNEAKERS COMME JAY-Z
Frédéric Delangle et Ambroise Tézenas
Cela se passe cet hiver au vestiaire du centre d’accueil de la Porte de la Chapelle. Là, les bénévoles qui distribuent des vêtements aux hébergés sont frappés par leur anxiété à ce sujet. Le choix du vêtement est difficile. Ils décident alors de comprendre pourquoi. De les interroger sur ce qui se joue à ce moment précis où ils choisissent de porter telle ou telle tenue. La forme d’une veste ou la matière d’une chemise, la taille d’un pull… tout est signifiant. Le vêtement les représente et incarne aussi bien leurs peurs que leurs rêves. (Détails)

——————————————————————————————————-

CABANES RÊVÉES OU LE DROIT DE POSER SES VALISES
La Cimade
Le droit de poser ses valises permet non seulement d’envisager l’avenir avec confiance mais aussi de contribuer pleinement au développement de la société d’accueil. Qu’on se le dise : nos ancêtres n’étaient pas (que) des Gaulois-es et la Française ou le Français de souche n’existe pas. Le peuplement de la France est le fruit de multiples déplacements de populations et ce depuis la Préhistoire. Les personnes étrangères qui arrivent aujourd’hui sur notre territoire sont loin d’être les premières et il serait illusoire de croire que la surenchère répressive des politiques migratoires mettra fin à la mobilité humaine. Pour vous en convaincre, nous vous invitons à un parcours singulier : un voyage dans le temps doublé d’une déambulation entre des cabanes rêvées par des personnes étrangères qui ont en commun d’être arrivées récemment en France. (Détails)

——————————————————————————————————-

TOUS MIGRANTS !
La Cimade / Cartooning for Peace
Cette exposition retrace le parcours complexe des migrants à travers des dessins de presse du monde entier. Des raisons du départ au processus d’intégration dans un nouveau pays, en passant par les obstacles rencontrés durant leur voyage, les dessinateurs de presse analysent en quelques traits cet enjeu majeur pour nos sociétés. Au fil des panneaux thématiques, leurs coups de crayon cassent les préjugés, dénoncent le rejet de l’étranger et montrent l’apport et la richesse de la diversité. (Détails)

——————————————————————————————————-

INHOSPITALITE
La Cimade / Julien Saison
« Dans le Calaisis, au printemps 2015, forcés au «déménagement» hommes, femmes et enfants s’installent là où ils sont désormais tolérés, aux abords du centre d’accueil de jour Jules Ferry. Le bidonville d’état est né. Chuintant la solidarité locale et saupoudrant une aide sanitaire inadaptée, ces mêmes autorités ont concentré l’ensemble des exilés, toutes communautés confondues, dans des zones dunaires brutes. Les exilés sont écartés du coeur de la cité et rendus invisibles, depuis que les moyens déployés par les gouvernements français et britanniques ont fermé la dernière frontière de leur parcours. Sur le terrain depuis décembre 2013, j’ai réalisé de nombreux clichés de la situation sur place et de mes rencontres avec les réfugiés. (Détails)

——————————————————————————————————-

MIGRATIONS EN JE
La Cimade / Fabrice Spica
L’exposition est le fruit d’une rencontre entre le photographe Fabrice Spica et des personnes exilées en attente d’une réponse à leur demande d’asile.
En offrant à ces personnes exilées la possibilité d’exprimer leur singularité, elle permet de s’extraire des discours globalisant et stigmatisant pour reconnaître que l’humanité n’est qu’une et… faite de diversité ! Ces portraits, tout en pudeur, invitent à se poser la question : « Et si c’était moi? » Images de ces instants fragiles, fugaces, mêlées à la possibilité de se raconter, de dire tant le parcours d’une vie brisée que les espoirs d’un avenir meilleur. (Détails)

——————————————————————————————————-

ILS ARRIVENT PIEDS NUS PAR LA MER
La Cimade / Maud Veith
En octobre 2017, j’embarquai pour la première fois à bord de l’Aquarius, bateau humanitaire sillonnant les eaux internationales au large de la Libye. J’ai été très marquée par la vision de ces personnes qui avaient pris la mer en laissant derrière eux une partie de leur histoire. Nombre d’entre elles ont été récupérées pieds nus, avec pour tout bagage un petit sac plastique contenant l’essentiel de leurs affaires. Pour fuir l’horreur, elles s’étaient entassées dans des embarcations de fortune, s’aventurant en mer, en pleine nuit, bravant le froid, la houle et la peur. Pendant 10 jours nous avons partagé leur quotidien. Cette série d’images, prises à une année d’intervalle, a été guidée par mes émotions premières. J’ai été témoin de l’entraide et de l’humanité qui règnent à bord de l’Aquarius, ainsi que d’un spectacle effrayant qui se déroule loin de tous, en haute mer. (Détails)

——————————————————————————————————-

UNE ENFANCE DANS LES CAMPS
Cyrille Bernon
Idomeni, Europe 2016 : une enfance dans les camps. « A travers mes photos, j’ai souhaité rendre compte de leur quotidien, de leur histoire, de leurs espoirs, et surtout de leur désespoir. Je n’étais pas dans une zone de guerre, je n’étais pas dans un pays accablé par la famine. J’étais bel et bien en Europe, ce qui rendait tout cela d’autant plus insoutenable. (…) » (Détails)

——————————————————————————————————-

ITINÉRAIRE D’UN JEUNE PEUL DANS LA RÉSISTANCE FRANÇAISE
La Cimade / Etienne Guillermond
Addi Bâ Mamadou allait tout juste avoir 27 ans, ce jour de décembre 1943, lorsqu’on le fit sortir de sa cellule de la prison de la Vierge, à Épinal, pour le conduire au poteau d’exécution.Présenté le 3 décembre devant la cour de justice de la Feldkommandantur d’Épinal, celui que les Allemands appelaient le « Terroriste nègre » avait été condamné à mort pour actes de franc-tireur. Ainsi s’acheva la longue épopée de ce jeune Peul du Fouta Djalon engagé volontaire dans l’armée française et chef du premier maquis créé dans les Vosges, au printemps précédent. (Détails)

——————————————————————————————————-

ATTENTION TRAVAIL D’ARABE!
La Cimade / Remem’beur
L’exposition, conçue et réalisée par Ali Guessoum fondateur de l’association Remembeur, détourne avec humour les stéréotypes du racisme dans la société française et s’attaque aux idées reçues avec des affiches publicitaires détournées ou inventées. (Détails)

——————————————————————————————————-

HALTE AUX PRÉJUGÉS SUR LES MIGRATIONS !
La Cimade / Ritimo et CCFD-Terre Solidaire
Inspirée du Petit guide de survie pour répondre aux préjugés sur les migrations, cette nouvelle version de l’exposition déconstruit 7 idées reçues très répandues, pour faire valoir une autre vision des migrations, loin des peurs, des fantasmes et de la haine de l’autre.
Les dessins sont de Claire Robert. (Détails)

——————————————————————————————————-

IMAGES ET TRAJECTOIRES
La Cimade / Qimel
Images et trajectoires est un projet associant des réfugiés installés en France pour la création d’une exposition à partir de leurs regards sur leur installation dans le pays, leurs expériences, leurs trajectoires. C’est aussi une ouverture sur les mouvements de population dans le monde et la circulation des savoirs et des compétences. Les installations conçues pour l’exposition sont réalisées durant des ateliers de création associant des réfugiés et des artistes. L’exposition est déclinée à travers des photographies d’objets illustrant les parcours, et les compétences de chacun, des textes extraits de témoignages, des montages graphiques, une application interactive, des montages sonores. (Détails)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *