Bonjour à toutes et à tous,

À l’occasion de la Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme, le réseau TRACES propose chaque jour avec Radio DIO des émissions radio consacrées à des publications récentes sur la thématique des luttes contre le racisme et les discriminations.

L’exposition «Nous et les autres: des préjugés au racisme» du Musée de l’Homme sera présentée au Lycée Ella Fitzgerald (Vienne).

Par ailleurs, La Maison de l’Image Grenoble propose les Rendez-vous de l’Image 2021 sur le thème « Images des luttes antiracistes, féministes et pour l’égalité »

L’association d’éducation populaire Entre-autres propose une formation «Relations professionnelles et diversité des publics» sur les questions d’interculturalité, des stéréotypes et des discriminations.

Nous partageons la publication de WATIZAT – Guide d’information pour les personnes exilées, ÉDITION DE MARS – LYON.

Enfin, comme c’est également la journée mondiale de l’eau, l’association LALCA, qui travaille les questions d’hospitalité, propose une semaine autour de leur implication aux bains douches de Lyon.


Semaine d’éducation et d’actions
contre le racisme et l’antisémitisme

Du 22 au 25 mars 2021

4 émissions RADIO
en direct sur Radio Dio

89.5 FM sur SAINT ÉTIENNE et sa région
https://radiodio.org/

puis en podcast sur Radio Traces
http://traces-migrations.org/2021/02/22/radio-traces/

Lundi 22 mars, à 12h :

Émission autour du nouveau numéro de la revue ÉCARTS D’IDENTITÉ « Arcanes de la haine, Racisme et cætera… »

En présence de:

  • Abdellatif CHAOUITE, Rédacteur en chef, Psychologue et anthropologue,
  • Abdelkader BELBAHRI, sociologue,
  • Carole REYNAUD-PALIGOT, historienne

https://www.ecarts-identite.org

Mardi 23 mars, à 12h :

Discussion entre la romancière Fatima Daas et la sociologue Sarah Mazouz.

Organisée avec l’association Modus Operandi, et Radio Campus Grenoble, dans le cadre des 5e rencontres de géopolitique critique « FAIRE MONDE »

Fatima Daas vient de publier un premier roman « La Petite Dernière », aux éditions Notabilia.

« Je m’appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s’est pas préparé. Française d’origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens. Je suis une menteuse, une pécheresse. Adolescente, je suis une élève instable. Adulte, je suis hyper-inadaptée. J’écris des histoires pour éviter de vivre la mienne. J’ai fait quatre ans de thérapie. C’est ma plus longue relation. L’amour, c’était tabou à la maison, les marques de tendresse, la sexualité aussi. Je me croyais polyamoureuse. Lorsque Nina a débarqué dans ma vie, je ne savais plus du tout ce dont j’avais besoin et ce qu’il me manquait. Je m’appelle Fatima Daas. Je ne sais pas si je porte bien mon prénom. »

Sarah Mazouz vient de publier un essai « Race » aux Éditions Anamosa.
Elle est sociologue, chargée de recherches au CNRS. Ses travaux s’appuient sur des enquêtes ethnographiques et mobilisent les critical race studies, la sociologie du droit, la sociologie des politiques publiques et l’anthropologie critique de la morale. Elle montre comment s’articulent dans l’espace social immigration, nation et racialisation.

https://www.modop.org/

Mercredi 24 mars, à 12h :

Rencontre de Samir Hadj Belgacem, sociologue, à l’occasion de la publication du livre collectif « L’épreuve de la discrimination – Enquête dans les quartiers populaires »

auquel ont également contribué : Julien Talpin, Hélène Balazard, Marion Carrel, Sümbül Kaya, Anaïk Purenne, Guillaume Roux

La France n’a pas pleinement pris la mesure de l’ampleur du racisme et des discriminations qui la traversent. Des millions d’individus subissent au quotidien micro-agressions et stigmatisation, voient leurs opportunités d’ascension sociale entravées, leur espérance de vie écourtée. À partir d’une enquête inédite dans plusieurs quartiers populaires en France, mais aussi au Royaume-Uni et en Amérique du Nord, cet ouvrage analyse les conséquences du déni qui entoure les discriminations : dépression, exil, repli sur soi… Face au drame silencieux qui s’opère sous nos yeux, c’est une invitation à une prise de conscience collective. Paradoxalement, l’expérience des discriminations peut aussi nourrir des compétences et savoir-faire nouveaux, développer la capacité à agir des habitants des quartiers populaires qui se lèvent face aux violences policières, se mobilisent dans des associations ou investissent les partis politiques. On assiste ainsi peut-être à l’émergence d’une nouvelle génération militante, engagée pour l’égalité.

https://www.puf.com/

Jeudi 25 mars, à 12h :

Rencontre de la sociologue Rachida Brahim, à l’occasion de la publication de son livre « La race tue deux fois – Une histoire des crimes racistes en france (1970-2000) » aux éditions Syllepse.

«De telles listes sont dressées depuis les années 1970. Compilées par plusieurs générations de militants, elles sont enfouies dans les caves des archives associatives et présentent toutes le même format, à la fois sec et funeste. On y trouve la date du crime, le nom de la victime, suivis d’une ou deux phrases laconiques. Elles frappent par leur rudesse, leur longueur et leur nombre. Poser une liste conduit inexorablement à en trouver une autre quelques jours plus tard. Ces listes expriment l’idée d’une injustice. Elles dénoncent le racisme et l’impunité du racisme. Elles pointent du doigt les crimes, mais également la grande majorité des procès qui ont fini par des peines légères avec sursis ou des acquittements, quand ce n’est pas un non-lieu qui est venu clore l’affaire. Elles disent en substance que la racialisation, autrement dit le fait de placer des personnes dans une catégorie raciale afin d’asseoir un rapport de pouvoir et d’en tirer profit, tue deux fois. La première violence touche à l’intégrité physique de la personne. La seconde violence a lieu à l’échelle institutionnelle. Elle est une conséquence du traitement pénal qui ignore la nature raciste des crimes jugés.»

De la grande vague de violence de 1973 dans le sud de la France aux crimes policiers des années 1990 en passant par les crimes racistes jalonnant les années 1980, cet ouvrage, issu d’une base de données de plus de 700 cas, nous invite à prendre la mesure de cette histoire à l’heure où le racisme institutionnel et l’action de la police continuent chaque année à être à l’origine de nombreux morts.

https://www.syllepse.net/

Exposition

« Nous et les autres : des préjugés au racisme »

Au Lycée Ella Fitzgerald (Vienne)
Du 22 mars au 2 avril 2021

Avec le soutien de la DILCRAH de l’Isère.

«Nous et les autres, des préjugés au racisme» est une exposition au croisement de l’anthropologie, de la biologie, de la sociologie et de l’histoire; l’exposition s’appuie sur des études menées par les chercheurs en sciences de l’Homme et de la société dont l’association lyonnaise IsmCorum. Elle propose un parcours qui s’attache à décrypter pourquoi et comment se met en place le racisme, la xénophobie à des moments de l’histoire des sociétés.

A travers une vingtaine de panneaux, deux vidéos et des interviews sonores, l’exposition décline quatre thématiques : intégration ou communautarisme, les discriminations, la situation dans la France contemporaine et l’apport des textes constitutionnels et législatifs en France.

Exposition conçue et réalisée par le Muséum national d’histoire naturelle – site du musée de l’Homme. Vous pouvez découvrir cette exposition à travers son catalogue publié aux éditions LA DÉCOUVERTE

https://www.editionsladecouverte.fr/

La Maison de l’Image Grenoble présente..

Images des luttes antiracistes, féministes et pour l’égalité

Mercredi 31 mars et Jeudi 1er avril
9è Rendez-vous de l’Image
en ligne!

Si les images peuvent véhiculer des stéréotypes et renforcer les injustices, elles semblent omniprésentes dans les luttes menées de nos jours pour sensibiliser et mobiliser l’opinion. Quel pouvoir les images détiennent-elles dans les combats actuels ? De quels moyens d’action artistiques, pédagogiques ou médiatiques s’emparer pour aller à la rencontre de l’autre, témoigner et agir pour construire l’égalité ?

Programme détaillé : https://www.maison-image.fr/rdvi-edition-2021/

Et les inscriptions sont ouvertes mais attention, les places sont limitées :  https://www.helloasso.com/associations/la-maison-de-l-image/evenements/9e-edition-des-rendez-vous-de-l-image

Programme :

Mercredi 31 mars

  • 10h-11h30 | Conférence | Images, luttes sociales et stratégies de visibilité par André Gunthert
  • 14h-15h30 | Retour d’expériences | Pratique photographique pour questionner l’égalité – Stéphanie Nelson & Alexis Berar (photographes)
  • 16h-17h30 | Discussion créative | Edmond Baudoin auteur, dessinateur – Edmond Baudoin
  • 18h-19h30 | Rencontre autour d’un projet en cours | Lutte contre les discriminations : le pouvoir des images – Associajeunes

Jeudi 1er avril

10h-11h30 | Conférence | Fabrique, usage et circulation d’images stéréotypées entre racisme et sexisme par Nacira Guénif-Souilamas

14h-15h30 | Discussion autour d’un film | Propos sur La prophétesse, réalisé avec des jeunes mineurs isolés – Les films de la Villeneuve, le BAL et le CODASE

16h-17h30 | Atelier | Transformer les rapports de pouvoir dans nos relations – Modus Operandi

18h-19h30 | Rencontre autour d’un projet en cours | Contrôle au faciès : envie d’agir – Collectif SHYTN

Ces journées s’adressent à un large public de professionnels, enseignants, étudiants, volontaires en service civique…. Le programme de cette édition a été préparé en collaboration avec l’ACRIRA/Passeurs d’Images, le Bal, la Bibliothèque Municipale de Grenoble, l’Education Nationale, les Films de la Villeneuve, Grenoble Alpes Métropole, la Maison pour l’égalité femmes-hommes, Modus Operandi, la Ville de Grenoble, le collectif SHYTN, Stéphanie Nelson, Alexis Berar, Edmond Baudoin, José Olivares Flores. Il est soutenu financièrement par : la ville de Grenoble, le département de l’Isère, Grenoble Alpes Métropole, le CGET, la DILCRAH.

Formation « Relations professionnelles et diversité des publics »

Sur les questions d’interculturalité, des stéréotypes et des discriminations à Lyon.

Des 29 au 31 mars 2021, à Lyon

Par l’association entre-autres
>http://www.entre-autres.org/

entre-autres est une association d’éducation populaire qui propose des formations et des accompagnements sur les questions d’action collective, d’interculturalité et d’égalité.  entre-autres organise des animations socio-culturelles tout au long de l’année et écrit sur ses expériences.

Objectifs :

  • Explorer les notions de culture, de représentations et de discriminations à partir des grilles d’analyses issues de la sociologie, de la philosophie et du droit
  • Identifier ses représentations et leur impact sur les relations avec les personnes que l’on accompagne
  • Forger ses propres grilles d’analyse pour relire ses expériences et agir
  • Pouvoir désamorcer une situation de tensions

Pourquoi cette formation ?

  • En tant que professionnel·le·s, nous intervenons auprès de publics diversifiés (en termes d’âge, d’origine sociale, de nationalité, de pratiques culturelles…). Cette pluralité nourrit nos besoins de liens, de découvertes et d’enrichissement. Elle peut aussi nourrir des malentendus, des tensions et des blocages. Cette formation s’adresse aux professionnel·le·s qui se questionnent :
  • Quelle relation pouvons-nous établir avec les publics accompagnés, au delà des différences que nous pouvons percevoir ?
  • Comment nourrir la confiance avec les personnes accompagnées quand nos organisations, qui sont la caisse de résonance des questions de société, peuvent paraître exclusives ?
  • Comment s’enrichir de nos diversités sans tomber dans les stéréotypes?
  • Quelles sont les ressources pour s’interroger ensemble sur nos pratiques en situation interculturelle ?

En pratique : Formation en trois jours (21 heures) du 29 au 31 mars 2021 à la Maison des Solidarités (215 rue Vendôme) à Lyon

Contact : formation@entre-autres.org / 07 82 46 2007
www.entre-autres.org

WATIZAT : Guide d’information pour les personnes exilées

ÉDITION DE MARS – LYON
>https://watizat.org/guide/

Télécharger le Guide

L’association WATIZAT milite pour l’accès à l’information des personnes exilées et édite un guide multilingue (français, anglais, arabe, pachto et dari) mis à jour et imprimé tous les mois depuis mars 2018.

Il a pour but d’informer les personnes exilées en leur donnant accès à une information claire sur la procédure d’asile et les adresses et conseils utiles au quotidien. Le guide est mis à jour tous les mois pour répondre à l’exigence d’une information la plus juste possible dans un contexte où la loi, le dispositif d’accueil et le monde associatif sont en constante évolution.

Watizat participe au réseau des associations et structures agissant au quotidien sur le terrain et souhaite faciliter la mise en relation entre les acteurs ressources et les personnes exilées. Elle œuvre à faire connaître et valoriser ces actions par la mise en place d’un annuaire de l’accueil à l’échelle d’un territoire.

Concerné·e·s par les conditions faites aux personnes en situation d’exil et en demande d’asile aujourd’hui en France, nous plaidons aux côtés d’autres acteurs et actrices de terrain pour une politique d’accueil digne et respectueuse des droits fondamentaux.

Semaine en écho à la Journée Mondiale de l’Eau

Du 22 au 27 mars, LALCA, l’École Urbaine de Lyon, les étudiants de l’ISARA, le CCAS, les jardiniers de l’Oasis de Gerland, le Centre social de Gerland, la Bibliothèque municipale Hannah Arendt, l’association Art et développement et le laboratoire EVS-LAURe, organisent des événements autour de l’usage de l’eau, en lien avec les bains-douches et le quartier des Cités-Sociales de Gerland.

Au croisement des champs disciplinaires de la création artistique et de la recherche urbaine, LALCA traverse les territoires de la métropole lyonnaise pour expérimenter et cartographier la ville avec les personnes en situation de mobilité, de précarité ou d’invisibilité et ainsi éclairer avec eux certaines réalités urbaines. La démarche de recherche par l’expérience portée par LALCA se fonde sur les récits de vi(ll)es : entendre, comprendre et enregistrer les histoires et les expériences des personnes en temps précaire, pour participer à l’émergence d’une connaissance « par le bas », susceptible de déplacer nos modes d’habiter et l’ensemble des pratiques urbaines.

Programme complet sur : http://www.lalca.org

DU LUNDI 22 AU SAMEDI 27 MARS

#  Discussion « L’usage de l’eau, une perspective anthropocène »
Lundi 22 mars, de 16h à 18h30 sur le Web : pour accéder au streaming c’est ici

Co-organisé avec l’EUL, le webinaire donnera la parole à Jean-Philippe Pierron, philosophe, Adrian Torres, architecte – chercheur à l’EUL, Valérie Marion du laboratoire Lab’eau&nature (programme de restauration du fleuve Rhône) et Marine Laquaz du projet Eco-risk (porté par l’EUL). L’occasion pour LALCA de parler des bains-douches.

L’eau est l’un des éléments transversal de l’anthropocène, son usage au quotidien, passé, présent et futur, ne cesse de questionner. Ainsi en écho à la Journée Mondiale de l’Eau, nous proposons une discussion d’acteurs et de chercheurs sur l’usage de l’eau et son impact social, spatial et environnemental.

# Atelier de théâtre spontané « Prendre soin  » : Mercredi 24 mars, de 9h à 12h au Centre Social de Gerland (sur inscription)

# Récits de vi(ll)e sur Radio Anthropocène : Mercredi 24 mars, à 14h45 sur le Web

Un des Récits de vi(ll)es collectés aux bains-douches lors d’un précédent Campement sonore sera diffusé par l’EUL sur Radio Anthropocène.
A écouter ou à réécouter ici / https://www.sondekla.com/user/event/11710

# Fabrication du Savon de Gerland 2021 : Jeudi 25 mars de 14h à 16h, à l’ISARA (sur inscription)

# Atelier peinture « Peindre l’eau » d’Art et developpement
Vendredi 26 mars, à 17h00 au centre des Cités Sociales

LE SAMEDI 27 MARS

# Installation “L’eau ne tombe pas toujours du ciel” : De 13h à 17h30 devant les bains-douches

Pendant toute la journée, venez tendre l’oreille autour de la caravane de LALCA qui diffusera ses Récits de vi(ll)es et autres Polyphonies citadines devant le seuil des bains-douches.

# Balades urbaines “Au fil de l’eau dans le quartier de Gerland” : À 14h et 16h départ devant les bains-douches (sur inscription)

Les artistes Lise Chalon et Gerald Robert-Tissot vous proposent une balade urbaine d’une heure qui arpentera le quartier Gerland, aux alentours des bains-douches.

Une invitation à se déplacer à l’image du Rhône d’antan qui, à l’époque, sinuait entre immeubles et terrains vagues. Les lônes et les chemins de traverses fabriquaient alors un territoire plus sauvage… Une balade qui convoque l’écoute, le sensible, pour arpenter d’une autre façon l’espace public.

# Lecture-performance “Des mots d’eau” : De 14h30 à 17h devant les bains-douches

Cette lecture-performance est proposée par le comédien Pierre-Jean Etienne devant les bains-douches.

En partant de la lecture de différents livres, l’histoire de l’eau tissée par Pierre-Jean Etienne puise sa naissance dans les larmes des titans, grandit dans la glace et la vapeur des civilisations et se suspend dans le plaisir de se laver. Cette histoire est une traversée poétique à travers les civiilisations, les lieux de l’eau, les batailles et l’organisation des villes.

# Savon de Gerland 2021 – Expérimentation de teintures végétales : À partir de 14h30 dans le jardin de l’Oasis de Gerland

Infos pratiques / adresses :
Inscription : sur l’adresse contact@lalca.org
L’ISARA se situe au 23 Rue Jean Baldassini, 69007 Lyon
Les Bains-douches et le jardin de l’Oasis de Gerland se trouvent au 13 rue Benjamin Delessert, 69007 Lyon
Le Centre social de Gerland se trouve au 1 rue Jacques Monod, 69007 Lyon

LALCA est soutenu par la Caisse des Dépots et des Consignations, l’École Urbaine de Lyon, la DRAC Auvergne Rhöne-Alpes, la Région Auvergne Rhône-Alpes, la métropole de Lyon, la ville de Lyon et la ville de Villeurbanne. Ses actions sont soutenues et accompagnées par le laboratoire EVS-LAURe, l’École d’Architecture de Lyon, le CCAS de Lyon, l’école d’agronomie ISARA, la Légumerie, le jardin L’Oasis de Gerland, les Inattendus, la BM Hannah Arendt et le Centre social de Gerland, le RIZE, Le CADA Serge Ravanel de Forum Réfugiés, Ensemble pour un repas, les Archives municipales de Lyon, Habitat et Humanisme, la cie La Hors De, French Flair Audio, Xanthio.

Categories: Agenda