Grenoble
Salle 150, Galerie de l’Arlequin

Sam 15 oct
De 14h30 à 22h
Gratuit

Cette nouvelle édition de la biennale Traces débute par une journée de rencontres, projections et concerts qui sera l’occasion de débattre et réfléchir collectivement aux questions importantes qui entourent aujourd’hui les quartiers populaires. C’est ainsi que nous organisons ce moment important dans le quartier La Villeneuve de Grenoble, à l’occasion de son 50e anniversaire, en collaboration avec une multitude d’acteurs du réseau qui y sont impliqués, et en particulier avec La Régie de La Villeneuve, La Maison de l’Image et Modus Operandi.

14h30 : Accueil

15h : Projection débat « Quelles images des quartiers populaires depuis 50 ans ? »

À travers la projection de films et photographies réalisées sur le quartier de La Villeneuve depuis sa création il y a 50 ans, nous vous proposons d’échanger sur la nature, l’évolution et la circulation des images qui entourent les quartiers populaires.

Centre de création audiovisuelle depuis 1972, La Maison de l’Image propose un programme de 30 à 40 minutes composé d’archives et d’images plus récentes, toutes réalisées dans le quartier de la Villeneuve de Grenoble. Les extraits de “Vidéo Gazette”, la télévision des habitants de la Villeneuve produite entre 1972 et 1976, côtoient des productions du Studio 97, le medialab de La Maison de l’Image. Aussi, une exposition, en lien avec les 50 ans de la Villeneuve, sera visible dans le hall du Patio. Elle met en regard les images des archives municipales, réunies par Benjamin Bultel du Crieur, le journal de la Villeneuve, les photographies d’Honoré Parise tirées du fond de La Maison de l’Image et des images du quartier aujourd’hui.

17h : « J’aime la liberté : Ne parlez pas à ma place. »
Présentation par Herrick Mouafo (chercheur et membre de l’association Modus Operandi) du travail de recherche-action mené avec les jeunes de La Villeneuve. Discussion sur l’exercice et la pratique de nos libertés. Comment le fait de penser et de parler à la place des autres produit de la violence. En 2021 l’ouvrage collectif « Penser la non-violence. Agir sur la violence », publié sous la direction de Herrick Mouafo et Mayare Bouhafs avec la collaboration de Joël Joséphine et Aubin Kibira, tente d’aller aux sources de ces différentes formes de violence. Il offre non seulement des éléments de compréhension de ces violences, mais participe également à inventorier un répertoire d’actions qui viendraient s’attaquer aux causes et plus seulement aux conséquences. Ce travail fait suite à la création du collectif Agir pour la Paix (APLP), en janvier 2015 comme résultante de la réponse pacifiée au double assassinat de Kévin et Sofiane le 28 septembre 2012 à Grenoble.

17h30 : « L’épreuve de la discrimination – Enquête dans les quartiers populaires »
En présence de Guillaume Roux (chercheur, sociologue), de Pierre Didier TcheTche-Apéa (militant et conseiller départemental) et Léla Bencharif (présidente du réseau Traces), discussion à partir de cette publication collective (2021) réalisée en partie à Grenoble et dans plusieurs quartiers populaires, par Julien Talpin, Hélène Balazard, Marion Carrel, Samir Hadj Belgacem, Sümbül Kaya, Anaïk Purenne, Guillaume Roux. Cet ouvrage analyse les conséquences du déni qui entoure les discriminations : dépression, exil, repli sur soi… C’est une invitation à une prise de conscience collective. Paradoxalement, l’expérience des discriminations peut aussi nourrir des compétences et savoirs-faire nouveaux, développer la capacité à agir des habitants des quartiers populaires qui se lèvent face aux violences policières, se mobilisent dans des associations ou investissent les partis politiques. On assiste ainsi peut-être à l’émergence d’une nouvelle génération militante, engagée pour l’égalité.

19h : Repas convivial et présentation de l’exposition « Histoire de l’immigration en France »
Depuis deux siècles, l’immigration a contribué de manière décisive à façonner la France dans laquelle nous vivons aujourd’hui. C’est grâce aux immigrants que la population française a continué de croître au XXe siècle. Ils ont aussi joué un rôle essentiel dans le développement économique, social et culturel du pays. Cette exposition thématique rend hommage aux millions d’hommes et de femmes qui ont participé à cette histoire collective. Mais elle veut aussi rappeler que l’immigration est un enjeu de luttes entre ceux qui cultivent la méfiance, voire même le rejet des étrangers, et ceux qui défendent la solidarité comme la première valeur de la République française.

Photo par Ali Djilali

20h : Concert « Mosaïque »
Né sous forme de club de musique, au centre culturel tunisien de Grenoble, « Mosaïque ” est un groupe de musiciens expérimentés de diverses origines, dirigé par le musicien Abdelaziz Dhib, ayant travaillé avec de grands artistes tels que Ragheb Alama, Samira Ben Saïd, Zied Borgi. Avec un répertoire très varié et ouvert à de nombreux répertoires musicaux, le groupe propose d’éveiller et revaloriser la musique arabe « dans tous ses états » et le grand patrimoine musical judéo-arabe. Entre Maghreb et Orient … En vous ramenant à la Tunisie arabo-andalouse grâce au malouf et au flamenco arabe, en partageant des musiques émanant du patrimoine musical traditionnel qu’ont en commun la Tunisie et l’Algérie. Chaâbi égyptien, Dabka libanaise, Tarab, etc. Une soirée musicale et conviviale ouverte sur le monde.

INFOS & RÉSERVATION
Salle 150 : 90 Galerie de l’Arlequin, 38100 Grenoble

Categories: Non classé