Sur la route de l’exil : un centre d’hébergement au pied du Vercors, 1977-1992

Exposition
Cognin-les-Gorges
Mairie

Du ven 7 au ven 21 oct
Gratuit

Dans le village de Cognin-les-Gorges, situé au pied du Vercors, entre 1977 et 1992, plus de 2700 rescapés du Sud-Est asiatique ont trouvé refuge, quelques mois durant, après les traumatismes de la dictature, de la guerre, de l’enfermement dans les camps ou de l’errance en mer de Chine… Suite à la parution de l’ouvrage éponyme, l’exposition présente de nombreuses images d’archives et les photographies contemporaines de Benjamin Vanderlick, donne des clés de compréhension de l’histoire contemporaine et témoigne d’une expérience d’hospitalité positive.

Organisé par la Commune de Cognin-les-Gorges et Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté.
En partenariat avec le Grand Séchoir, le Centre du Patrimoine Arménien de Valence Romans Agglo, la DRAC Auvergne – Rhône-Alpes et la Région Auvergne – Rhône-Alpes.

INFOS & RÉSERVATION
Mairie de Cognin-les-Gorges : 103 rue du 29 janvier 1944, 38470 Cognin les Gorges / http://www.cognin-les-gorges.fr/ / 04 76 38 31 31

Photo : B. Vanderlick

DÉTAILS :

Dans le village de Cognin-les-Gorges, situé au pied du Vercors, entre 1977 et 1992, plus de 2700 rescapés du Sud-Est asiatique ont trouvé refuge, quelques mois durant, après les traumatismes de la dictature, de la guerre, de l’enfermement dans les camps ou de l’errance en mer de Chine… et à leur suite, des Afghans, des Kurdes ou encore des Zaïrois et des Angolais.

Quarante-cinq ans après l’ouverture du lieu d’accueil à Cognin-les-Gorges, cette expérience sociale, basée la rencontre entre des personnes en situation migratoire et la population locale s’est avérée encore très présente dans les souvenirs des familles de réfugiés, du personnel de l’établissement, des militants associatifs ainsi que des habitants et élus du village. Cette forme singulière de mobilisation aux côtés des exilés méritait d’être interrogée et donnée en partage dans cette exposition qui invite le visiteur à porter un regard sur cette expérience inédite en milieu rural, en la situant dans un contexte mondial. Elle donne à voir l’engagement des pouvoirs publics, très présents, encadrant des associations humanitaires pourvues de moyens conséquents, pour que l’intégration de ces nouveaux arrivants soit la plus rapide et la plus efficace, questionnant de fait le sens de l’hospitalité et le statut même de l’exilé aujourd’hui.

Cette exposition fait suite à la parution de l’ouvrage Sur la route de l’exil, un centre d’hébergement pour réfugiés à Cognin-les-Gorges, réalisé par Philippe Hanus, coordinateur de l’Ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires », porté par Le Cpa à Valence, accompagné du photographe Benjamin Vanderlick. C’est au terme d’une enquête historique et d’un large recueil de témoignages que le livre a pu voir le jour en avril 2020. L’exposition éponyme est ainsi le fruit d’un travail collaboratif pluridisciplinaire. Elle a été co-conçue par le Grand Séchoir, qui valorise les patrimoines du pays de la noix dans lequel se situe le village de Cognin-les-Gorges, et le Centre du patrimoine arménien de Valence-Romans Agglo qui abrite le pôle de recherche ethnologique dédié aux phénomènes migratoires animé par Philippe Hanus, avec le soutien du service culturel de la Communauté de communes Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté. Présentée telle une immersion dans l’enceinte du bâtiment qui abritait le centre d’hébergement de Cognin-les-Gorges, l’exposition présente de nombreuses images d’archives et les photographies contemporaines de Benjamin Vanderlick et donne des clés de compréhension de l’histoire contemporaine et témoigne d’une expérience d’hospitalité positive.

Avec le soutien de la DRAC et de la Région Auvergne – Rhône-Alpes dans le cadre de l’appel à projets Mémoires du XXè siècle en Auvergne – Rhône-Alpes

Categories: Non classé